Interview of Roberto Montiel

 

Roberto, thank you for allowing us to meet with you to talk about the LIP or the Local Immigration Partnership. Could you start by introducing yourself and your organization?

 

I am Roberto Montiel and I coordinate the Local Immigration Partnership (LIP) here in Halifax since 2015. I will start by giving an overview of what the project is and how it got to Halifax. The LIP started as an initiative from CIC (Citizenship and Immigration Canada) to introduce and fund a place-based partnership in specific areas where immigrants settle (i.e. cities, towns, regions…) and explore how a welcoming environment could be built for incoming immigrants. The Federal government used to look at the larger picture of immigration and not necessarily at the specific needs of immigrants trying to settle in one place, particularly their day-to-day needs, which were typically covered by NGOs and other organizations. Therefore, the main concern of the Federal government related to immigration did not necessarily fall into creating and fostering a welcoming environment.

 

In 2008, CIC entered in an agreement with Ontario MCI (Ministry of Citizenship and Immigration) and piloted 45 LIPs across the Province between 2008 and 2011. The model was so successful that now, in 2017, we have around 65 LIPs in Canada. We have four LIPs in Atlantic Canada and we will be having a fifth one soon, a second LIP here, in Nova Scotia. The idea to bring a LIP in Halifax started in 2011 when different service providers like ISANS (formerly known as ISIS), YMCA, the Halifax Partnership and the Halifax Regional School Board (HRSB) started talking about the possible benefits of hosting an initiative like this in the municipality.

 

Halifax is different in its layout as compared to other cities in Canada because it has a significant urban core; however, it also has a large suburban core, plus a substantial rural area. It is interesting to see how these three layers interact because, even though Halifax is not a small place, it still operates as a small city, particularly with immigration and immigrant services. Most service providers pretty much know each other and what each other is doing, so the question that came up was whether a LIP would be beneficial in a place of these characteristics. After involving different partners in the city and province in this discussion, they all agreed that having a LIP in Halifax would, indeed, be beneficial. Moreover, it was decided that the LIP would be housed by the municipality. After going through the required, though lengthy, procedures, the LIP started to finally operate by the end of 2013, and its tables were formed in early 2014.

 

The LIP is comprised by an advisory committee, with representatives from the municipal government, provincial government (Nova Scotia Office of Immigration), ISANS and the chairs of our four subcommittees. These chairs are also founding members of the LIP in Halifax and they are representatives from YMCA, the HRSB, Halifax Partnership and the Nova Scotia Health Authority. The four areas that the LIP focuses on are health and wellness, education (mainly language), economic growth (employment and economic integration) and social inclusion.

 

Why not include representatives of the civil society, members of the Mi'kmaq community, Acadian community and the African Nova Scotians because we know how the support of the communities is important for newcomers to integrate in society?

 

For now, there are no representatives of those communities. Last year, the main focus was on creating more connections between new immigrants and the broader community (not only mainstream Canadians but also the Mi'kmaq community, the African Nova Scotians, and the Acadians). On March 29, 2017, we held a consultation with all partners/stakeholders and one recommendation that we came up across all tables was that it would be wise to expand the advisory committee and include representatives of these groups, as well as new immigrants themselves. We are currently trying to revise our terms of reference to ensure we can have members recruited for the advisory board by January 2018.

 

What about your mandate?

 

All LIPs have very much the same mandate, since our duty is to ensure there is a welcoming environment for newcomers. However, the meaning of 'welcoming' is different from place to place and the challenges we face are different as well. For instance, Halifax is assumed to be a very welcoming and friendly place, but it took a while to make a distinction between having a friendly attitude and being welcoming to newcomers.

 

Halifax has been a city of immigration for a century, but, in terms of retention, there is still work to be done…

 

It is a point of entry, especially for young people. Halifax is perceived more as a trampoline city; it is a university city where people come to and stay here for a while before leaving for bigger cities like Vancouver, Montreal and Toronto. There are various reasons for this, like employment; but one thing that may help improve the retention rate in the long run is to change the perception of Haligonians (employers and public) about what it means to actually be welcoming and to embed those attitudes in all of our practices.

 

What kind of service does the LIP offer? How does it operate?

 

The LIP does not offer any kind of services or programming; the LIP is more of a partnership table. It is more about how the existing services could be improved through partnerships and how to address existing gaps and challenges by building capacity with other organizations and other sectors of government. Briefly, this is what the LIP does.

 

So, is the LIP a form of consulting?

 

A little bit. The good thing about the LIP is that it is a table of experts, since every table consists of people working on the ground as well as higher level officers like managers and directors. So, everybody is an expert at what they do and the role of the LIP is to be a facilitator for those experts, which is much more than just a form of consulting. Basically, we go around the table and address the issues that service providers are experiencing or had identified.

 

One of the underlying issues in Halifax is the various perceptions that people have about immigrants. How do we engage the general public with that conversation? Every time we host a conversation, it is the same people who are attending and participating, people who already know the whole spiel. So, how do we bring people with different perspectives to the conversation and listen to their concerns? How do we integrate them in our conversation and break down those barriers? How can we ensure a respectful conversation and that neither side tries to shut the other down?

 

The LIP must have surely encountered limitations and challenges. Can you talk about those a little bit?

 

Yes, we have indeed encountered many challenges, but let us focus on the main one. The one challenge that encompasses most of the other challenges is communication. The LIP was originally created to ensure different organizations would talk and work with each other, but we recently realized that this was not the case. Each subcommittee, or working table, has their own action plans and they are focusing on their plans without knowing what other tables are doing. Internal communication is thus a big priority which, at the same time, is connected to external communication, as no one, outside of our members, know what the LIP is about or even that we exist.

 

The fiscal year 2016/2017 was a difficult period for the LIP because of the Syrian Crisis. IRCC only granted one-year extensions to those services they deemed indispensable. Having a one-year extension instead of the three-year extension that we were all waiting for brought our morale down a bit and slowed down our communication process. However, now that we have been granted a three-year extension, we have refueled our communication process and the advisory committee has approved a separate table that will be looking at communications only. We are now looking at having a fifth table that will focus on internal communications as well as on external communications, the latter including public awareness. Since, most of our challenges have erupted from a lack of communication, or from untimely communication, we expect a big bulk of our problems to be addressed by this new table.

 

As part of the LIP's limitations, communication is a key component but what about knowledge needed to implement those policies? In terms of knowledge, do you have the necessary backup?

 

We have the knowledge and also the connections. For instance, the Halifax Language Consortium came very timely for us and that came through the connections that one of our chairs had. We have knowledge in terms of people; however, in terms of data, we could do better. That is part of our strategy for the next three years; what data will be collected and how will it be collected?

 

Moreover, there is a new partnership, outside of the LIP, that is starting to emerge with recreation services for newcomers. We held a forum a couple of years ago and we shared the data we collected there with them, which helped them start this new partnership. They will also be collecting their own data on recreation and hence we do not need to worry about collecting that data. In a way this is what we are looking for. That we can support and/or enable other groups that may be looking at specific issues, such as with this group around recreation or with the Halifax Language Consortium around multilingualism in the Province. We do not want the LIP to be the provider of data, but, instead, we want it to enable and support specific groups to collect and analyse data that we can share with the right people.

 

Do you have the feeling that at the different tables, there is an adequate use of the expertise of the various universities around Halifax? Do you feel that there are research projects run by universities that address the specific issues identified at those tables?

 

It is starting to grow because, as compared to 2-3 years ago, when we would always find the same people at universities looking into immigrant issues, now we have more people interested in such topics. Most likely, it is because of the refugee influence that we recently had in Halifax as well as to the Now or Never Report – also known as the Ivany Report. This has been beneficial to us, since this has affected the research agendas of university researchers.

 

The recommendation of creating more fluid relationships with universities has also come out at our tables. For instance, through our language table, we got in contact with the Halifax Language Consortium, which has educators and researchers currently creating knowledge from which we benefit.

 

In the Settlement Sector, we have so many meetings that it might be difficult for faculty members to join in a specific table, due to their teaching responsibilities. In this way, we are trying to find alternatives to engage faculty members in our discussions. The same applies to the Mi'kmaq community as we tried to build relationships with them. We kept inviting them to our meetings and sometimes they would come while other times they would not. Therefore, we have work on finding different ways to engage with the Mi'kmaq community and we are starting to adapt to those differences in working styles.

 

Anything else you would like to talk about, Roberto?

 

I was thinking about questions that we would like to see addressed at the conference and it will be good to see how we can access research that has already been done more easily. This has been a big challenge, especially for service providers, how the knowledge is put together, disseminated and stored. We would like to access such information more easily, as this would be a great tool for everyone involved in helping immigrants, from settlement agencies and government to grassroots organizations and newcomers themselves.

Halifax Local Immigration Partnership (HLIP)
Roberto Montiel
HLIP Coordinator / Coordinateur du PLIH
 

Entrevue avec Roberto Montiel

 

Bonjour Roberto et merci de nous avoir permis de vous rencontrer pour discuter du Partenariat local en matière d’immigration (PLI). Pourriez-vous vous présenter et nous parler de votre organisme ?

 

Je m’appelle Roberto Montiel et je suis le coordinateur du PLI ici à Halifax depuis 2015. Je vais commencer en vous donnant une image d’ensemble du projet et de la façon dont il est arrivé à Halifax. Le PLI a commencé à l’initiative du CIC (Citoyenneté et Immigration Canada) pour lancer et financer un partenariat local dans des zones spécifiques ou les immigrants s’installent (par exemple dans les métropoles, les villes, les régions…) et explorer dans le même temps la façon dont on pourrait construire un environnement accueillant pour les nouveaux arrivants. Le gouvernement fédéral regardait avant l’immigration dans un contexte très large et pas nécessairement au niveau des besoins spécifiques des immigrants qui essaient de s’établir, particulièrement au niveau de leurs besoins quotidiens, qui étaient traditionnellement assurés par les organisations non gouvernementales ainsi que d’autres organismes. Ainsi, la principale préoccupation du gouvernement fédéral au regard de l’immigration n’était pas nécessairement liée à la création et à l’encouragement de la mise en place d’un environnement accueillant.

 

En 2008, le CIC a signé une entente avec le Ministère de la citoyenneté et de l’immigration en Ontario (le MCI) et a piloté 45 Partenariats locaux en matière d’immigration (PLI) dans la province entre 2008 et 2011. L’initiative a obtenu un tel succès qu’aujourd’hui, en 2017, il existe environ 65 PLI à travers le Canada. Il y en a 4 dans le Canada Atlantique et il y en aura bientôt un cinquième ici en Nouvelle-Écosse. L’idée de créer un PLI ici à Halifax est née en 2011 au moment où plusieurs prestataires de service comme ISANS (connu précédemment sous l’acronyme ISIS), YMCA, Halifax Partnership et le Conseil scolaire régional d’Halifax (HRSB) ont entamé des discussions sur les retombées positives éventuelles d’accueillir un PLI dans la municipalité régionale d’Halifax.

 

Halifax est différent dans son organisation spatiale en comparaison avec d’autres villes au Canada du fait d’une composante urbaine importante mais également d’une large composante résidentielle ainsi qu’une composante rurale substantielle. Il est intéressant de voir la manière dont ces trois composantes interagissent. Quoique Halifax ne soit pas une petite ville, son mode opératoire est celui d’une petite ville, particulièrement sur le dossier de l’immigration et des services aux immigrants. La plupart des prestataires de services se connaissent mutuellement et savent ce que les uns et les autres font. Donc, la question qui a été posée était de savoir si un PLI pourrait avoir des effets positifs dans un tel environnement. Après avoir impliqué différents partenaires de la municipalité et de la province dans la discussion, toutes les parties ont convenu qu’un PLI à Halifax serait bénéfique pour la région. De plus, il a été décidé que le PLI serait sous la responsabilité de la municipalité. Après être passé par toutes les étapes, longues mais nécessaires, de la procédure, le PLI a commencé son action à la fin de 2013 et ses tables de travail ont été mises en place au début de l’année 2014.

 

Le PLI comprend un comité consultatif sur lequel siègent des représentants du conseil municipal, du gouvernement provincial (Office de l’immigration de la Nouvelle-Écosse), ISANS et les présidents des quatre sous-comités. Ces derniers sont aussi des membres fondateurs du PLI à Halifax et sont des représentants de YMCA, HRSB, Halifax Partnership et de la Régie de la Santé de la Nouvelle-Écosse. Les quatre domaines d’action du PLI sont la santé et le bien-être, l’éducation (principalement les langues), la croissance économique (emploi et intégration économique) et l’inclusion sociale.

 

Pourquoi ne pas inclure des représentants de la société civile, je pense notamment aux membres de la communauté Mi’kmaq, acadienne et afro-néo-écossaise ? … parce que l’on sait à quel point l’appui des communautés est important pour les nouveaux arrivants qui veulent intégrer la société.

 

Pour l’heure, il n’y a pas de représentants de ces communautés. L’an dernier, le principal objectif était de créer des liens entre les nouveaux immigrants et la communauté dans un sens large (pas uniquement les Canadiens mais plus spécifiquement les communautés Mi’kmaq, afro-néo-écossaise et acadienne). Le 29 mars 2017, nous avons organisé une consultation avec tous nos partenaires et intervenants et une des recommandations qui a été formulée à l’ensemble des tables de travail était d’élargir le comité consultatif pour inclure des représentants de ces groupes ainsi que des nouveaux immigrants. Nous sommes actuellement en train de réviser nos termes de référence pour assurer que des membres de ces communautés siègeront sur le comité consultatif en janvier 2018.

 

Qu’en est-il de votre mandat ?

 

Tous les PLI ont plus ou moins le même mandat puisque notre raison d’être est d’assurer la mise en place d’un environnement accueillant pour les nouveaux arrivants.

 

Halifax a été une ville d’immigration pendant près d’un siècle, mais en termes de rétention, il y a encore du travail à faire…

 

La ville est un point d’entrée, spécialement pour les jeunes adultes. Halifax est perçu comme une ville-étape. C’est une ville universitaire où les gens viennent et restent quelques années avant de repartir pour des centres urbains plus importants comme Vancouver, Montréal ou encore Toronto. Il y a plusieurs raisons à cela comme la question de l’emploi. Mais il y a une chose qui permettra peut-être d’améliorer le taux de rétention sur le long terme, à savoir le changement de perception des Haligoniens (les employeurs comme le public) sur la définition de ce que c’est qu’être accueillant et de faire en sorte que nos pratiques soient informées par cette attitude.

 

Quels services est-ce que le PLI offre ? De quelle manière est-ce qu’il fonctionne ?

 

Le PLI n’offre ni services ni programmation d’activités. Le PLI est plutôt un espace de partenariats. Il inscrit son action dans l’amélioration des services existants à travers des partenariats et dans la recherche de solutions à des manques et à des défis existants en développant des capacités avec d’autres organismes et d’autres services gouvernementaux. En bref, voilà ce que fait le PLI.

 

Donc, est-ce que le PLI offre un service de consultant ?

 

Un peu. La force du PLI est d’être un regroupement d’experts dans la mesure où toutes les tables de travail sont constituées d’acteurs de terrain et de hauts fonctionnaires tels que des gestionnaires et des directeurs. Donc, chacun est expert dans son propre domaine et le rôle du PLI est de faciliter les interactions entre ces experts, ce qui est beaucoup plus qu’un simple rôle de consultant. Concrètement, nous rencontrons les membres des tables de travail/sous-comités et nous travaillons sur les défis que les prestataires de services rencontrent ou qu’ils ont identifiés.

 

Un des problèmes sous-jacent à Halifax se rapporte aux perceptions variées que les locaux ont des immigrants. Comment engager la société civile dans ce dialogue ? Chaque fois que nous organisons un débat, ce sont toujours les mêmes personnes qui participent à ces événements, des gens qui connaissent très bien le sujet. Comment amener des membres de la communauté qui ont d’autres perceptions à s’engager dans ce dialogue pour écouter leurs préoccupations ? Comment les intégrer dans le dialogue et briser ces barrières ? Comment assurer un dialogue respectueux sans que l’une des parties tente de rompre le dialogue ?

 

Le PLI a certainement dû rencontrer des défis et des limitations à son action. Pourriez-vous en parler succinctement ?

 

Oui, nous avons de fait rencontré beaucoup de défis mais focalisons-nous sur le principal. Le défi majeur qui englobe la plus grande partie des autres défis est la communication. Le PLI a été créé à l’origine pour faciliter le dialogue et assurer la collaboration entre différents organismes mais nous avons réalisé récemment que tel n’était pas le cas. Chaque sous-comité/table de travail a son propre plan d’action et concentre son action sur ce plan sans savoir ce que les autres sous-comités font. La communication interne est donc une priorité et celle-ci est, dans le même temps, liée à la communication externe puisque, en dehors de nos membres, personne ne sait exactement ce que fait le PLI ni même qu’il existe.

 

L’année fiscale 2016-2017 a été une période difficile pour le PLI du fait de la crise syrienne. Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) n’a donné qu’une seule année d’extension du financement pour les seuls services qu’ils ont jugé indispensables. Le fait de ne recevoir qu’une seule année de prolongement du financement au lieu des trois années escomptées nous a affectés moralement et a ralenti notre élan au regard de la communication. Toutefois, maintenant que nous avons obtenu les trois ans d’extension, nous avons relancé la communication et le comité consultatif a approuvé un sous-comité autonome qui sera chargé uniquement de la communication. Nous allons maintenant avoir un cinquième sous-comité qui se concentrera sur la communication interne et externe, ce qui inclut la sensibilisation auprès du public. Puisque la plus grande partie de nos défis était le résultat de l’absence de communication ou d’une communication inadaptée, nous espérons que la plupart des problèmes auxquels nous faisons face seront résolus grâce à ce nouveau sous-comité.

 

Si la communication est un des éléments-clés des limitations auxquels le PLI fait face, qu’en est-il de la question des savoirs dont vous avez besoin pour mettre en place ces politiques ? Bénéficiez-vous de toutes les connaissances dont vous avez besoin ?

 

Nous avons le savoir et aussi les contacts. Par exemple, le Halifax Language Consortium (HLC) est arrivé à point nommé pour nous grâce aux connexions dont disposait un de nos présidents. Nous avons les connaissances en termes de ressources humaines. Toutefois, en termes de données probantes, nous pourrions faire mieux. Cela fait partie de notre stratégie dans les trois prochaines années : quelles données récolter et comment les récolter ?

 

De plus, il existe un nouveau partenariat, indépendant du PLI, qui commence à travailler sur les services de loisirs pour les nouveaux arrivants. Nous avons organisé un forum il y a deux ans et nous avons partagé avec eux les informations que nous avions récoltées lors de cet événement ce qui les a aidés à organiser ce nouveau partenariat. Ils récolteront leurs propres données sur les loisirs et ainsi nous n’avons plus à nous préoccuper de la collecte de données. En un sens, nous avons atteint notre objectif : soutenir ou donner naissance à d’autres groupes qui s’intéressent à des problèmes spécifiques comme ce regroupement sur les loisirs ou le HLC au regard du multilinguisme dans la province. Nous ne voulons pas que le PLI soit le collecteur de données, mais plutôt qu’il permette à d’autres groupes ciblés de récolter et d’analyser des données que nous pouvons ensuite partager avec les partenaires pertinents.

 

Avez-vous le sentiment que dans les différents sous-comités il y a une utilisation adéquate de l’expertise offerte par les universités dans la municipalité d’Halifax ? Pensez-vous que certains des projets de recherche menés dans les universités portent sur les problèmes particuliers identifiés dans ces sous-comités ?

 

Comparé à il y a deux ou trois ans où c’était toujours les mêmes chercheurs qui s’intéressaient à des problématiques liées à l’immigration, les choses commencent à changer. Maintenant, il y a plus de chercheurs qui s’intéressent à ces questions. Les réfugiés comme le Rapport Now or Never plus connu sous le nom de Ivany Report ont probablement influencé cette tendance. Cela nous a été bénéfique car ces questions ont eu un impact sur les agendas de recherche des chercheurs universitaires.

 

Les recommandations portant sur la création de relations plus fluides avec les universités ont fait leur apparition dans nos sous-comités. Par exemple, dans notre sous-comité sur la langue, nous avons contacté le HLC composé d’éducateurs et de chercheurs qui produisent des savoirs dont nous bénéficions.

 

Dans le sous-comité sur les services d’établissement, nous avons tellement de réunions qu’il serait probablement difficile à des professeurs d’université de se joindre à un sous-comité du fait de leurs responsabilités d’enseignement. À cet égard, nous cherchons des façons alternatives d’engager les professeurs d’université dans nos discussions. C’est la même chose pour la communauté Mi’kmaq avec laquelle nous avons essayé d’établir des relations. Nous les invitions constamment à nos réunions et parfois ils venaient tandis que d’autres fois non. Donc, nous avons encore du travail pour trouver différentes façons d’engager la communauté Mi’kmaq et nous commençons à nous adapter à ces différences dans les façons de travailler.

 

Y a-t-il autre chose dont vous voudriez parler Roberto ?

 

Je pensais aux questions qui pourraient être l’objet de discussions dans le colloque et je crois qu’il serait bon de voir comment nous pouvons accéder plus facilement aux études qui ont été menées. C’est un gros défi, particulièrement pour les prestataires de service, de comprendre comment les savoirs sont créés, disséminés et stockés. Nous voudrions accéder à ces informations plus facilement car ces outils pourraient être d’une grande aide à quiconque est impliqué dans les services aux immigrants que ce soit les organismes proposant des services d’installation, le gouvernement, aux associations et aux nouveaux arrivants eux-mêmes.

Partenariat local en matière d’immigration d’Halifax (PLIH)

Saint Mary's University, 923 Robie Street

Halifax, NS B3H 3C3 

Email: icst@smu.ca
Tel: 902-420-5810

Fax: 123-456-7890

  • White Facebook Icon

© 2018 by ICST Conference

Photos: Communications Nova Scotia, Immigration Francophone, Pier 21, Sobey School of Business