Interview of Miyuki Arai and Alida Campbell

 

Hello Miyuki and Alida and thank you for taking the time to meet with us. The goal, today, is to build a profile for your department for the conference on immigration taking place in 2018. So, you could probably start by introducing yourselves and providing us with a little bit of history on your organization.

 

Alida: My name is Alida Campbell and I am the Project Manager at the IAO.

 

Miyuki: My name is Miyuki Arai and I am the Project Manager - International Mobility at the IAO. I have been in this position since 2004 and the IAO, itself, has been in existence since 1992 and I have worked with some of the people who have started the IAO in the beginning of my career. We have a report that was written by the people who started the IAO that has accurate and in-depth information about the history of the department. The people I have been referring to are actually Denis Leclaire and Heidi Taylor and they have created this report when they retired in 2007 and in the report, they have broken down their careers, here, in three different phases and they explained about the different projects they worked on, their objectives and the initial mandate of the office.

 

So, can you talk about the current mandate of the department?

 

Miyuki: The IAO is a service office and we are in support of any kinds of international activities, whether is to assist students, staff and faculty. In our daily work, we assist mostly students, whether they are coming into Saint Mary's University as visiting exchange students or they are going out as outbound students but as an office, we handle other types of work as well. For example, Alida has the Queen Elizabeth II Internship program that she manages.

 

Alida: Yes, we do different sorts of projects around the world. Often, that takes the form of scholarship programs administered by us and brought about through the Government of Canada, Universities Canada and other larger organizations that offer these programs. We bid on those programs to be able to run them from here and so, we have done things like the Queen Elizabeth II Scholarship, which is ongoing now; sending students to Uganda and Jamaica and bringing students from those countries to Saint Mary's University to complete their degrees.  We have also  had other opportunities for Saint Mary's students to do development internships abroad, giving them experience before they head into a workplace, such as the International Youth Internship program or Students for Development

 

You send students to more than 80 partner universities in 25 countries from around the world… How do you manage all that information and how do you manage all the students that come from and go to these different universities?

 

Miyuki:  In terms of the cultural training that we provide to students?

 

Alida: What aspects do you mean? There  are lots of different parts.

 

You could talk about the different stages involved in the process and give us details about the breadth of services that you provide to the students.

 

Miyuki: There are many contact points with students. Sometimes, we visit the Open Houses that the university organizes and, in that case, we meet with high school students and we talk to them about the international opportunities they will have through the IAO at Saint Mary's University. It is always a nice introduction when students find out that such opportunities are available for them. Other times, we manage a website, design posters for our bulletin boards and encourage word-of-mouth from our previous Study Abroad students. We always try to do more for students to take advantage of the opportunities that we offer. Generally speaking, we meet around 200-300 students a year, or even more if you count those who are present for our in-class presentations. We do recruiting and promoting usually throughout the Fall semester and the Winter semester (January - February) is usually when we receive all the applications. It usually starts with 60 or 70 applications but when we get the process going, we often lose a dozen or two dozen students for various reasons but once we select them, they go do their exchange program in various countries.

 

Australia, Ireland, Scotland are popular countries and we figured that it is because these are English-speaking countries and there is no apparent language barrier. However, some students are more interested in travelling to different countries based on their academic interests. Geography students like going to Norway while students in the International Development Studies program like going to Mexico and Uganda. The reasons for going on an exchange vary, depending on the students.

 

Alida: Before they head abroad, we also try to prepare the students as best as possible for their experience abroad. We want them to get as much out of the experience as they can. As they are heading abroad, they get to develop some soft skills like confidence, intercultural competence, independence and also more academic-oriented skills like taking their studies more seriously. I have had a couple of students coming back to me and saying that they learned to be better students abroad. We do pre-departure orientations for students to ensure they have a successful year abroad. At these orientations, we talk to them about things like risk management, health and safety abroad, cultural awareness, and making sure they understand what ideas like culture shock and home sickness are and we give them a few tools to deal with those, should they come up. We also talk to them about what happens when they come back so that they can have their transcripts ready, get their courses transferred, make sure that their fees are paid. There is also reverse culture shock as there is culture shock, so we make sure that they are able to re-adjust to the Canadian life.

 

These are mostly the services that you offer to outbound students. What about the services that you offer to incoming students who visit us from all those different institutions from around the world?

 

Miyuki: Well, we are sort of the entry point for all kinds of enquiries and Alida is the one who usually handle those tasks. So, these students are admitted as visiting exchange students and the admission criteria are a little bit different as compared to degree-seeking students because most of the students who come in are fee-waiver students based on the bilateral exchange agreements we have in place with other institutions. There has to be an extra step within the process to make sure these students have their tuition fees waived and Alida will be the main contact person for all enquiries related to registration, housing applications, financial aspects and so on but more details are provided by other service offices. the Residence Life Office will deal with housing enquiries and academic registrations will be handled by Academic Advisors or the Service Centre.

Alida:  If it is immigration related, we will send them to the International Centre. So, there is a lot of interplay between the departments, especially for incoming students because they need the different services all around the university. We can tell them who they need to go talk to but we are sort of their first point of contact.

 

Miyuki: One thing that I would love to mention is the Peer-Matching program that connects the returned outbound students with the new visiting students.

 

Alida: That program, on one side, is to engage the returned exchange students to allow them to use their knowledge and experiences from their exchange programs. Due to the experience that they possess, they understand better than other students what the visiting students are feeling like if they are being overwhelmed by being in a new city and using a new language. On the other side, it is to make the visiting students feel comfortable right away by having someone to talk to. This program is not mandatory but what happens is that everybody interested in the program gets matched up with a returning student. They get into contact through email before the visiting student arrives to make sure they know someone here and once they arrive, we ask them to meet at least once within their first two weeks of arrival so that if they want to get sheets for their bed, for example, they can meet up and go to Walmart or wherever they want to go. It is a way to have an automatic friend and it is not as daunting as going to class and having to sit next to someone and trying to talk to them. Sometimes it works out very well, sometimes it does not work out so well. It all depends on the personalities of the students and what they are looking for in their relationships but at least, you have that first point of contact that you can jump off from. 

 

I am sure that you guys face a lot of limitations/challenges in your daily tasks and in the services that you provide. So, would you like to talk a little bit about those?

 

Alida: One of the challenges that I can talk about is opening the student mind to the possibilities of living abroad. There are a lot of students at SMU and this quite on par with the other universities in the country but living abroad or studying abroad is something that a lot of people have not thought of before. One of the challenges is reaching out to these people and tell them, "Did you know this is an option, an opportunity and not a far-away goal as you might think it to be?" It is getting that idea across that is hard because sometimes, people automatically assume that they cannot do this.

 

Miyuki: Sometimes, students really assume that because of the large number of students from outside of Canada, they feel that they are already exposed to an international element by going to Saint Mary’s. In the stories that we hear from students, we know that when students are choosing their groups for their groupwork, it is usually an all Canadian group or a group made up of entirely international students. It is not usually evenly split amongst the cultural representations that are part of the class and we want to get past that as well, to make students experience what it’s like to be in an intercultural setting or to be with people from other cultural backgrounds.

 

Another thing that Alida and I talk about often is how to ensure that students who go on an exchange program, learn about other cultures because what happens, sometimes, is that students hang out with other English-speakers or expats and they believe that they cannot go outside of their comfort zone and grab those opportunities to learn. That is something that we have been struggling with: to get students to open their minds to such things.

 

Alida: You can only tell them so much. Ultimately, it is up to them to take that step and sometimes, you don't know how big of a step they have taken.

 

Miyuki: With the Peer-Matching program too, that majority of students that come back seems to understand the meaning of what it’s like to be in a group and what side of the cultural fence they were on because they were part of a minority group in another country. I see in the conference proposal that you mentioned majority and minority cultures and how these different cultures interact. So, when students come back from exchange, they can potentially be on both sides to see multiple perspectives and they do not only look at it from their own lens. They have a little bit more empathy.

 

Since we want students to talk about their Study Abroad experiences, Alida has also organized the Returnee Roundtable Discussions with the returned students and I think that this helps students to continue to think about their experiences and not to stop when they come back. I am just looking at one of the themes for the group discussions (of the proposed conference) and the second point here is "policies for sensitizing local populations to cultural differences and to create spaces for cultural exchange", therefore we hope that the returned exchange student can be a vehicle to promote and encourage others.

 


Alida: When we do the Roundtable, one of them is focused on "Not Shoe-boxing Your Experience". So, it is about making sure that students do not shove their experience under the bed and instead, bring it into their everyday lives whether that would be searching out different cultural groups on Meetup or through ISANS and to be able to use that knowledge that you have learned and also share it with others to bring different perspectives to different cultural groups, to your classroom or on campus.

 

So, how do you overcome all those limitations that you mentioned? You said that there are stereotypes or myths that are assumed about Study Abroad, how do you get past those obstacles?

 

Miyuki: We have identified five myths about Study Abroad and we always try to introduce those to students and incorporate those in our publications and on our website to eliminate such assumptions. However, there had been some surveys that the Canadian Bureau of International Education had done and they have identified a lot more different reasons about why students do not go on exchange but the five that we always talk to students about are financials, language barrier, credit transfer, home sickness and the idea that "Study Abroad is not for me".

 

Have you seen an increase in the number of students who want to go abroad over the years?

 

Miyuki: There have not been many visible large changes over time but the word-of-mouth continues to be a big way to promote Study Abroad. Any student that we send out may potentially become a promoter for the program. The Beijing Normal University Zhuhai Summer Program is a good example because we send about a dozen of students every year and we seem to receive a lot of applications and students who apply tell us that they have heard about the program from other students who participated in it the previous years. So, that is always helpful to us.

 

Alida: I think over the last couple of years, there have not been much change but if you go back a significant amount of years, there has been a huge difference. If you go back five years, there have not been much change. Some ups and downs.

 

Miyuki: This is just a speculation but if we had more resources like time to target more specific populations, to make them more aware of these opportunities, we will be able to increase the number. Alida has been coming up with ideas and you have been part of it as well, Divesh, like using department-specific information to share the word. Maybe, some faculty members or academic advisors, themselves, do not know that all these specific opportunities exist. So, we are really reaching out by contacting each faculty, department and academic advisor to share the word but it is more difficult that you think.

 

Alida: Yes, that is indeed a challenge. Getting the word out to the people who influence students. When you have a professor, for example, who really pushes students towards Study Abroad, you see students coming in from that professor or from that department but when you have a department that has no idea about these opportunities, they do not push their students and that is when it has to travel through word-of-mouth or through bulletin boards. If we were able to really get all departments on board, that would be great but it is a challenge and we need time to do that.

 

Miyuki: At the IAO, we reinforce the idea of Study Abroad and that normal people can do this. Students hear about Study Abroad when they come to university but I guess where it might be lacking is at high school. They should have been exposed to different languages and different cultures throughout the secondary schools. There should be some pressures from corporations and companies to hire students who have been abroad and they should be like, "Have you done Study Abroad? We prefer candidates with an international background." Once students can start to see the benefits of doing their studies overseas and not only obtaining university credits, this will increase an interest in studying abroad. However, we do not really have such a culture here, unlike Germany where it is a common thing for  university students to do.

 

Alida: It is an interesting thing about the corporations too because they say that they are looking for international experience but when you have it on your resume, they assume it is four months partying in Europe, for example. They say that they want it but they do not take it as seriously as they should and that is definitely a challenge because their actions and what they are saying do not match up.

 

Miyuki: We have been working with Career Services which is a great addition to our own services. They talk about how to keep away from academic tourism and gain more substantive value out of the actual Study Abroad; how you would articulate the skills and knowledge that you have learned.

 

One of the objectives of the conference is to ease the communication and the knowledge transfer between researchers and practitioners and bring them on the same table to share their different experiences because a lot of times, research information just gets stored in a database and they do not get through to the practitioners. So, would you have a need in terms of knowledge that researchers could help you with?

 

Miyuki: We often hear from our outbound students that a big challenge for them was to find local friends. Like we were talking about the Peer-Matching program, visiting students could meet other international students who are like-minded but they may not meet many Canadians. So, we would like to have some kind of research on those majority-minority cultures, how more collectivistic cultures interact with more individualistic cultures and maybe about the reasons behind the alienation, isolation or exclusion of some students. Sometimes, we have students from Korea and Japan and they are not usually extroverted or outgoing, so maybe about how their cultures affect their behaviours? It is a very intricate topic and I cannot really simplify or generalize it but some research on how different cultures interact or perceive friendship can be useful to us. We would have a better knowledge on how to help students facing such difficulties or challenges.

 

Sometimes, with the Peer-Matching program, Alida would match a visiting student from Japan, for example, to an outbound student who has been to Japan so that they can understand more how the interpersonal relationships work. Sometimes, it helps to ease into the culture of the host country.

 

Alida: That is not a perfect system too. Not everyone gets matched with countries exactly but attempts are made to match students who have been to a country with students who are from that country. The person who has been there understands that something is not supposed to be hurtful, for example, and they can better analyze the situation.

 

Miyuki: When I think about the conference, I think about things like how to manage diverse international teams and I read articles about managing diverse workplaces but if there is anything that we can adapt from, that would help.

 

Any other questions you would like to see address at the conference?

 

Alida: There is the 'Diversity Dividend: Canada's Global Advantage' report by the Centre for International Governance Innovation. It talks about how Canada is really diverse but we do not approach it very well. So, we say we are diverse, but our actions are not really reflecting what we are saying or what we say our values are. It is not actually reflected in what we are doing. Hence, it is really important that we change the ways that we go about things so that our values are reflected in our actions. For us, that would be an important topic to see addressed at the conference.

 

Saint Mary's University International Activities Office (IAO)
Miyuki Arai
Project Manager - International Mobility / Gestionnaire du projet Mobilité internationale
 

Entrevue avec Miyuki Arai et Alida Campbell

 

Bonjour Miyuki, bonjour Alida et merci d'avoir pris le temps de nous rencontrer. Notre but, aujourd'hui, est de créer un profil du Bureau des activités internationales pour le colloque sur l'immigration qui se déroulera en juin 2018. Pourriez-vous, dans un premier temps, vous présenter et nous donner quelques repères historiques concernant votre service.

 

Alida : Je m'appelle Alida Campbell et je suis gestionnaire de projet au Bureau des activités internationales (IAO).

 

Miyuki : Je m'appelle Miyuki Arai et je suis la gestionnaire du projet Mobilité internationale à l'IAO. J’occupe ce poste depuis 2004 et l'IAO existe depuis 1992. J'ai travaillé au début de ma carrière avec quelques-unes des personnes qui ont participé à la création de l'IAO. Nous possédons un rapport rédigé par les personnes qui ont créé l'IAO et qui contient des informations précises et approfondies sur l'historique de notre Bureau. En fait, je parle de Denis Leclaire et Heidi Taylor qui ont rédigé ce rapport avant de prendre leur retraite en 2007. Dans le rapport, ils ont divisé leurs carrières en trois phases différentes et ils ont expliqué les différents projets sur lesquels ils ont travaillé, leurs objectifs et le mandat initial du Bureau.

 

Pouvez-vous nous parler du mandat actuel de votre département ? 

 

Miyuki : L'IAO est un bureau de services et nous soutenons tous les types d'activités internationales, qu'il s'agisse d'aider les étudiants, le personnel et les professeurs. Dans notre travail quotidien, nous aidons principalement les étudiants, les étudiants étrangers en programme d’échange qui viennent à l'Université Saint Mary's et ceux de nos étudiants qui partent à l'étranger, mais nous offrons également d'autres types de services. Par exemple, Alida gère aussi le programme de stage Queen Elizabeth II.

 

Alida : Oui, nous travaillons sur différents types de projets dans le monde entier. Souvent, cela prend la forme de bourses d'études qui sont gérées par nous et qui ont été obtenues auprès du gouvernement du Canada, Universités Canada et d’autres grands organismes qui offrent ces programmes. Nous soumettons des demandes pour pouvoir offrir ces programmes ici. Nous avons actuellement des programmes comme la bourse Queen Elizabeth II grâce à laquelle nous envoyons des étudiants en Ouganda et en Jamaïque tandis que des étudiants de ces pays-là viennent à l'Université Saint Mary's pour finir leur programme. Nous offrons également d'autres possibilités aux étudiants de Saint Mary's pour faire des stages de développement à l'étranger tels que les programmes International Youth Internship ou Students for Development, qui leur apportent de l'expérience avant d’intégrer le marché du travail.

 

Vous envoyez des étudiants dans près de 80 universités partenaires dans 25 différents pays... Comment gérez-vous toutes ces informations et comment gérez-vous tous les étudiants qui viennent de ces universités et les étudiants de Saint Mary's qui vont en programme d’échange dans ces institutions ?

 

Miyuki : Vous parlez de la formation culturelle que nous fournissons aux étudiants?

 

Alida : De quels aspects parlez-vous? Il y a beaucoup de composantes différentes.

 

Vous pourriez décomposer le processus et nous donner des détails sur la variété des services que vous fournissez aux étudiants.

 

Miyuki : Il existe de nombreux points de contact avec les étudiants. Parfois, nous participons aux journées portes ouvertes que l'université organise. Là, nous rencontrons des étudiants du secondaire et nous leur parlons des opportunités internationales dont ils pourront bénéficier à travers l'IAO à l'Université Saint Mary's. C'est toujours une belle façon de présenter l'université lorsque les étudiants découvrent que ces opportunités leur sont offertes. Sinon, nous gérons un site Web, nous concevons des affiches pour nos tableaux d'affichage et nous encourageons le bouche-à-oreille de nos étudiants qui sont déjà partis à l'étranger. Nous essayons toujours d'en faire davantage pour que les étudiants profitent des opportunités offertes. Généralement, nous rencontrons environ 200 à 300 étudiants par an, ou plus si vous comptez ceux qui sont présents pour nos présentations en classe. Nous recrutons et faisons de la promotion tout au long du semestre d'automne et pendant le semestre d'hiver (janvier-février) nous recevons tous les dossiers de candidature. Nous recevons généralement 60 ou 70 dossiers, mais lorsque nous entamons les procédures, nous perdons souvent une douzaine ou deux douzaines d'étudiants pour diverses raisons, mais une fois que nous les sélectionnons, ils partent faire leur programme d'échange dans différents pays.

 

L'Australie, l'Irlande, l'Écosse sont des pays populaires et nous pensons que c'est parce que ce sont des pays anglophones et parce qu'il n'y a pas de barrière linguistique. Cependant, certains étudiants sont plus intéressés par d’autres pays suivant leurs intérêts académiques. Les étudiants en géographie aiment aller en Norvège alors que les étudiants du programme d'études de développement international vont au Mexique et en Ouganda. Les raisons pour partir en échange à l'étranger varient selon les étudiants.

 

Alida : Avant de partir à l'étranger, nous essayons également de préparer les étudiants le mieux possible pour leur expérience à l'étranger. Nous voulons qu'ils puissent avoir la meilleure expérience possible. Puisqu'ils partent à l'étranger, ils peuvent développer des compétences générales comme la confiance en soi, la compétence interculturelle, l'autonomie et aussi des compétences plus orientées vers l'université, comme se responsabiliser envers leurs études. J'ai eu quelques étudiants qui sont revenus vers moi et m'ont dit que durant leur voyage à l'étranger ils ont appris à être de meilleurs étudiants. Nous faisons des orientations avant le départ afin de nous assurer qu'ils ont une année fructueuse à l'étranger. Au cours de ces orientations, nous leur parlons de la gestion des risques, de la santé et de la sécurité à l'étranger, de la sensibilisation culturelle et nous nous assurons qu'ils comprennent des idées comme le choc culturel et les maladies domestiques, et nous leur donnons aussi quelques outils pour faire face à ces problèmes. Nous leur parlons également de ce qui se passe quand ils vont revenir afin que leurs relevés de notes soient mis à jour, que leurs crédits soient transférés, et qu'ils s'assurent que leurs frais de scolarité sont payés. Il y a aussi un choc culturel inverse, alors nous nous assurons qu'ils peuvent se réadapter à la vie canadienne.

 

Ces services sont principalement ceux que vous offrez aux étudiants de SMU qui partent à l’étranger. Qu'en est-il des services que vous offrez aux étudiants étrangers qui viennent à SMU de toutes ces institutions différentes du monde entier ?

 

Miyuki : Eh bien, nous sommes une sorte de point d'entrée pour toutes sortes de demandes d’information et c’est Alida qui gère ces tâches. Donc, ces étudiants sont admis en tant qu'étudiants en échange à l'université et les critères d'admission sont un peu différents par rapport aux étudiants qui souhaitent décrocher un diplôme parce que la plupart des étudiants qui nous rendent visite sont exemptés de frais de scolarité conformément aux accords d'échange bilatéraux que nous avons mis en place avec les institutions partenaires. Il doit y avoir une étape supplémentaire dans le processus pour s'assurer que ces étudiants ne paient pas ces frais de scolarité et Alida sera la personne-ressource pour toutes les questions relatives à l'inscription, les demandes de logement, les aspects financiers, etc., mais d'autres détails sont fournis par les autres bureaux de services. Le Bureau de la vie en résidence traitera des enquêtes de logement et les inscriptions académiques seront traitées par les conseillers académiques ou le Centre des Services (Service Centre).

 

Alida : Si cela est lié à l'immigration, nous les enverrons au Centre international (International Centre). Il y a donc beaucoup d'interaction entre les services, en particulier pour les étudiants internationaux qui viennent à SMU, car ils ont besoin des différents services offerts à l'université. On leur dit à qui ils doivent parler, et nous sommes en quelque sorte leur premier point de contact.

 

Miyuki : Une chose que j'aimerais mentionner est le programme de jumelage (Peer-Matching) qui met en contact les étudiants qui ont déjà été à l'étranger avec les nouveaux étudiants entrants.

 

Alida : Ce programme, d'un côté, consiste à engager les étudiants rentrés d'échange pour leur permettre de mobiliser les connaissances et l’expérience acquises au cours de leurs programmes d'échange. Du fait de leur expérience, ils comprennent mieux comment se sentent les étudiants en programme d’échange, s'ils sont un peu dépassés par le fait d'être dans une nouvelle ville et d'utiliser une nouvelle langue par exemple. D’un autre côté, ce programme permet aux étudiants qui nous rendent visite de se sentir à l'aise tout de suite en ayant quelqu'un à qui s'adresser. Ce programme n'est pas obligatoire, mais tous ceux qui sont intéressés par le programme sont jumelés avec un étudiant rentré d'échange. Ils entrent en contact par courriel avant que l'étudiant en échange à SMU n'arrive pour s'assurer qu'il connaisse quelqu'un sur place et une fois l’étudiant en échange arrivé, nous leur demandons de se rencontrer au moins une fois au cours des deux premières semaines de leur arrivée. Par exemple, ils peuvent se rencontrer et aller à Wal-Mart ou ailleurs pour acheter des draps pour leurs lits. C'est une façon d'avoir automatiquement un ami et ce n'est pas aussi intimidant que d'aller en classe et de s'asseoir à côté de quelqu'un et d'essayer de lui parler. Parfois, cela fonctionne très bien, parfois, cela ne fonctionne pas si bien. Tout dépend de la personnalité des étudiants et de ce qu'ils cherchent dans leurs relations, mais au moins, vous avez ce premier point de départ.

 

Je suis sûr que vous êtes confrontées à de nombreux défis dans vos tâches quotidiennes et dans les services que vous fournissez. Alors, voulez-vous nous en parler ?

 

Alida : L'un des défis dont je peux parler est d’ouvrir l'esprit des étudiants aux possibilités de vivre à l'étranger. Il y a beaucoup d'étudiants à SMU et, de façon tout à fait comparable aux autres universités du pays, vivre à l'étranger ou étudier à l'étranger est une chose à laquelle beaucoup de gens n'ont pas pensé auparavant. L'un des défis est de toucher ces personnes et de leur dire : « Savez-vous que c'est une option, une opportunité et pas un but inatteignable, comme vous le pensez peut-être? » Les convaincre de cela est difficile, car parfois, les gens pensent automatiquement qu’ils n’en sont pas capables.

 

Miyuki : Parfois, les étudiants partent du principe qu'ils sont déjà exposés à un élément international en venant à Saint Mary's en raison du grand nombre d'étudiants internationaux. D'après les témoignages des étudiants, nous savons que les étudiants choisissent les membres de leurs groupes de travail de groupe de façon à constituer un groupe entièrement canadien ou entièrement composé d'étudiants internationaux. Le plus souvent, ces groupes ne reflètent pas équitablement les représentations culturelles de la classe et nous voulons réussir à faire en sorte que les étudiants se trouvent dans un contexte interculturel ou avec des personnes qui appartiennent à d'autres milieux culturels.

 

Une autre chose dont Alida et moi parlons souvent, c'est comment s’assurer que les élèves qui font un programme d'échange apprennent des choses sur d'autres cultures, car parfois, les étudiants se retrouvent avec d'autres anglophones ou des expatriés et ils croient qu'ils ne peuvent pas sortir de leur zone de confort et saisir des occasions pour apprendre. Ouvrir l’esprit des étudiants à ces questions est un problème auquel nous sommes confrontés.

 

Alida : Vous pouvez leur dire tout ce que vous voulez. Au final, c’est à eux de faire le saut et parfois vous ne savez pas la quantité d’efforts que cela leur a demandés.

 

Miyuki : Avec le programme de jumelage, la majorité des étudiants qui reviennent d’échange semblent comprendre le sens de ce que cela veut dire de faire partie d’un groupe et réaliser de quel côté de la frontière culturelle ils se trouvaient parce qu’ils faisaient partie d’un groupe minoritaire dans un autre pays. J’ai remarqué que dans l’appel à communication vous abordez la question des cultures majoritaires et minoritaires et la façon dont ces groupes culturels interagissent. Donc, quand les étudiants reviennent d’échange, ils peuvent potentiellement se placer des deux côtés et embrasser plusieurs perspectives plutôt que de se limiter à leur propre point de vue. Ils ont un peu plus d’empathie.

Puisque nous voulons que les étudiants parlent de leur expérience d’étude à l’étranger, Alida a également créé les Tables rondes des rapatriés auxquels les étudiants de retour d’échange sont conviés et je pense que cela aide les étudiants à poursuivre la réflexion sur l’expérience qu’ils ont vécue. Je regarde un des thèmes des groupes de discussion proposés au colloque et je lis le deuxième point qui porte sur « les politiques de sensibilisation des populations locales à la différence culturelle et les espaces d’échanges culturels créés ». Ainsi, nous espérons que les étudiants en programme d’échange qui reviennent deviendront des agents de promotion et des motivateurs pour leurs pairs.

 

Alida : Parmi les Tables rondes que nous organisons, il y en a une qui traite de la façon de ne pas « ranger leur expérience au placard ». Il s’agit de s’assurer que les étudiants ne vont pas balayer leur expérience sous le tapis mais au contraire qu’ils vont s’en servir dans leur vie de tous les jours en cherchant différents groupes culturels sur Meetup ou à travers ISANS et utiliser ces connaissances acquises et les partager pour apporter des regards différents à d’autres groupes culturels, en classe ou sur le campus.

 

 

Alors de quelle façon dépassez-vous ces limitations que vous avez mentionnées ? Vous avez parlé de mythes ou de stéréotypes qui collent aux programmes d’études à l’étranger, comment dépassez-vous ces obstacles ?

 

Miyuki : Nous avons identifié cinq mythes liés aux programmes d’études à l’étranger et nous essayons constamment d’en parler aux étudiants et de les intégrer dans nos publications et sur notre site Internet pour en finir avec ces mythes. Toutefois, certaines études menées par le Bureau canadien de l’éducation internationale ont identifié beaucoup plus de raisons qui découragent les étudiants à partir en échange. Les cinq mythes que nous abordons avec les étudiants sont le financement, la barrière de la langue, les transferts de crédits, le mal du pays et l’idée que les « programmes d’études à l’étranger ne sont pas pour moi ».

 

 

Avez-vous remarqué une hausse du nombre d’étudiants qui veulent partir à l’étranger au fil des ans ?

 

Miyuki : Il n’y a pas eu de changements substantiels mais le bouche-à-oreille contribue de façon continue grandement à la promotion des études à l’étranger. Chaque étudiant que nous envoyons peut devenir un agent de promotion pour le programme. Le programme d’étude d’été à Beijing Normal University Zhuhai en est un bon exemple parce que nous envoyons une douzaine d’étudiants là-bas chaque année et nous recevons beaucoup de demandes d’étudiants qui disent en avoir entendu parler d’autres étudiants qui ont participé à ce même programme les années précédentes. Cela nous aide beaucoup.

 

Alida : Je dirais que dans les deux dernières années, il n’y a pas eu beaucoup de changements mais si vous remontez beaucoup d’années en arrière, la différence est beaucoup plus grande. Si vous remontez cinq ans en arrière, ce changement ne sera pas énorme non plus. Ça monte, ça descend…

 

Miyuki : Je spécule mais si nous avions plus de ressources telles que du temps pour cibler des populations spécifiques pour les informer des possibilités qui s’offrent à elles, nous serions capables d’augmenter les statistiques. Alida a eu plusieurs idées auxquelles vous, Divesh, avez également contribué comme par exemple adapter le message en utilisant des informations contextualisées pour chaque département. Certains professeurs ou conseillers académiques n’ont peut-être pas connaissance des opportunités spécifiques qui sont offertes. Donc, nous allons au contact de chaque professeur, département et conseiller académiques pour diffuser les informations mais c’est plus difficile que ce que vous pouvez penser.

 

Alida : Oui, c’est un vrai défi. Diffuser les informations auprès des personnes qui ont une influence sur les étudiants. Par exemple, quand un professeur encourage ses étudiants à participer à des programmes d’études à l’étranger, les étudiants de ce professeur ou de ce département se manifestent mais quand un département n’a aucune idée des opportunités qui sont offertes et que celui-ci ne mobilise pas ses étudiants, alors l’information est passée de bouche-à-oreille ou diffusée sur les panneaux d’affichage. Si tous les départements s’engageaient, ce serait très bien mais il faut du temps pour faire cela.

 

Miyuki : Au Bureau des activités internationales (IAO), nous renforçons l’idée de programme d’études à l’étranger et le fait que n’importe qui peut y participer. Les étudiants en entendent parler quand ils arrivent à l’université mais je suppose que là où l’information manque, c’est probablement dans les écoles secondaires. Les élèves auraient dû être exposés à différentes langues et à différentes cultures au cours de leur cursus en école secondaire. Des pressions devraient être exercées sur les compagnies et les corporations pour engager des étudiants qui ont eu une expérience à l’étranger et ils devraient dire « Avez-vous fait des études à l’étranger ? Nous préférons les candidats qui ont un profil international ». Quand les étudiants auront pris conscience des avantages de faire des études à l’étranger et pas seulement pour obtenir des crédits universitaires, cela provoquera un regain d’intérêt pour les études à l’étranger. Malgré tout, nous n’avons pas ce type de culture ici, contrairement à l’Allemagne où bon nombre d’étudiants participent à ces programmes.

 

Alida : Une chose intéressante de la part des corporations, c’est le fait qu’ils disent qu’ils recherchent l’expérience internationale mais quand vous l’incluez dans votre CV, ils considèrent que cela se résume à quatre mois passés à faire la fête en Europe par exemple. Ils disent que c’est ce qu’ils veulent mais ils ne prennent pas ces expériences avec autant de sérieux qu’ils le devraient. C’est un vrai défi parce qu’il y a une différence entre ce qu’ils disent et la façon dont ils agissent.

 

Miyuki : Nous avons travaillé avec  le Service des carrières qui offre un complément très intéressant à nos services. Ils insistent sur la valeur ajoutée substantielle des programmes d’études à l’étranger et gardent leurs distances avec le tourisme académique. Ils insistent sur la façon dont les étudiants peuvent formuler les habiletés et les savoirs qu’ils ont acquis.

 

Un des objectifs du colloque est de faciliter la communication et les transferts de connaissance entre chercheurs et professionnels et de les amener autour de la même table pour partager leurs différentes expériences. En effet, souvent les résultats des recherches restent stockés dans une base de données et elles ne sont pas relayées aux professionnels. De quels types de savoirs auriez-vous besoin ?

 

Miyuki : On entend souvent de la part de nos étudiants qui partent à l’étranger qu’un défi important pour eux est de se faire des amis localement. Comme nous parlions du programme de jumelage les étudiants en programme d’échange à SMU peuvent rencontrer des étudiants internationaux qui ont les mêmes centres d’intérêt mais pas forcément beaucoup de Canadiens. Nous aimerions avoir des données sur les cultures majoritaires et minoritaires, sur la façon dont les cultures collectivistes interagissent avec des cultures plus individualistes et comprendre les raisons derrière l’aliénation, l’isolement ou l’exclusion de certains étudiants. Parfois, nous avons des étudiants de Corée ou du Japon qui ne sont pas particulièrement extravertis ou sociables. Comment leur culture affecte-t-elle leurs comportements ? Quoique ce soit un sujet très complexe que je ne peux pas simplifier ou généraliser, des réflexions sur la façon dont différentes cultures interagissent et perçoivent l’amitié nous seraient utiles. Nous aurions une meilleure compréhension de la façon dont nous pouvons aider les étudiants qui éprouvent ce genre de difficultés ou de défis.

 

Parfois, dans le programme de jumelage Alida va mettre ensemble un étudiant du Japon avec un de nos étudiants qui est allé au Japon de sorte qu’ils puissent comprendre comment les relations interpersonnelles fonctionnent. Parfois, cela se révèle utile pour faciliter l’intégration dans la culture d’accueil.

 

Alida : Ce n’est pas un système parfait non plus. Tous les étudiants ne peuvent pas être jumelés par pays exactement mais nous faisons notre possible pour jumeler les étudiants originaire d’un pays avec des étudiants qui y ont voyagé. Une personne qui a déjà voyagé comprend par exemple qu’une situation n’est pas censée être pénible et ils peuvent mieux analyser la situation.

 

Miyuki : Quand je pense au colloque, je pense à des questions liées à la façon dont on gère des équipes internationales et je lis des articles sur la gestion des milieux de travail diversifiés mais si nous pouvions adapter des modèles, cela nous aiderait.

 

 

Y a-t-il d’autres questions que vous voudriez voir abordées au colloque ?

 

Alida : Il existe un rapport rédigé par le Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale intitulé « Diversity Dividend: Canada's Global Advantage ». Ce rapport traite de la diversité canadienne mais nous n’approchons pas la question de façon adéquate. Nous disons que nous sommes une diversité mais nos actions ne reflètent pas ce que nous disons ni les valeurs que nous nous donnons. En fait, cette diversité n’est pas reflétée dans nos actions. C’est pourquoi il est très important que nous changions la façon dont nous opérons de sorte que nos actions reflètent nos valeurs. Ce serait pour nous un thème important à explorer durant le colloque.

Bureau des activités internationales à l’Université Saint Mary’s

For more information: / Pour plus d’informations: 

www.smu.ca/international/studying-or-working-abroad

Alida Campbell
Project Manager / Gestionnaire de projet 
 

Saint Mary's University, 923 Robie Street

Halifax, NS B3H 3C3 

Email: icst@smu.ca
Tel: 902-420-5810

Fax: 123-456-7890

  • White Facebook Icon

© 2018 by ICST Conference

Photos: Communications Nova Scotia, Immigration Francophone, Pier 21, Sobey School of Business