Interview of Gerry Mills

 

Good morning Gerry! Thank you kindly for meeting with us. We are here today to talk about your organization – ISANS – which is a key player in Halifax and Nova Scotia for its work with new immigrants. So, maybe you could start by telling us a little bit about the history of your organization?

 

The history of the organization started in 1980. Two organizations, one started in 1980 and the other one in 1988, moved in together in 2003. Within the sector, we had both experienced significant cuts – around 10% each year, for about four years. Financial stability was really a challenge, so we started talking about merging at that time but both organizations were coming to the end of leases and we started talking about co-locating. So, we moved in together in 2003 and co-located for about 5-6 years. The synergy that happened when the two organizations moved in together was remarkable.  Staff were developing programming across the two organizations and clients and staff were benefiting.  At the front end, clients saw no difference; in the middle, staff was just collaborating and working together; but at the administrative level, it was becoming a challenge to keep the organizations apart. Then, in 2009, we merged. We actually started with the name of ISIS but we did not keep it for long for obvious reasons and 18 months later we changed our name to ISANS.

 

I believe you are the biggest organization in Atlantic Canada that deals with newcomer immigrants. So, how many employees do you have?

 

Yes, we are and our number of employees shifts as we respond to different priorities and needs. We usually have around 160 to 170 staff. When we merged, we were around 90 but we experienced significant growth over the last few years, especially because of the Syrian Refugee Initiative.

 

What type of services do you offer?

 

We are the only contract holder of the RAP (Resettlement Assistance Program) in Nova Scotia... So, we pick refugees up from the airport, provide them with temporary and permanent accommodation, register the children in schools and basically provide a range of support programs to ensure the successful transition and settlement of refugees. We are also a Sponsorship Agreement Holder (SAH). This means that private refugee sponsorships flow through us to the Federal Government.

 

We also provide programs and services for all immigrants along the settlement continuum as well as providing referrals to other organizations and resources. We provide orientation to Nova Scotia – around things like the legal system, education, health, transportation, recreation and other important topics for newcomers. We provide language training in many different areas – for those who don’t read or write in their first language, for those who want to improve their language to be able to integrate into the community, for those preparing to enter the workforce, for internationally educated professionals in regulated professions etc.  We also provide language training at the workplace, one-on-one, online and pre-arrival.

 

When it comes to employment, we provide mentoring, work placements and bridging programs for internationally educated and for people who do not have a lot of formal education. Last year, we helped set-up 109 businesses in Nova Scotia. So, we also help people in opening their businesses and in growing them.

 

We have a team of people to help immigrants connect to the community. In this program, we have around 600 volunteers who help support the program. We understand that what we do is sort of a jigsaw. We not only provide resources for the immigrants but also help the community and employers to welcome immigrants.

 

It has been interesting for us because we have been around for almost 40 years and the only people interested in immigration was us but now everybody is interested in immigration. In terms of advocacy and changing systems, there are more champions out there now and we are thrilled.

 

In terms of medical services for refugees and new immigrants, do you do referrals to clinics and do you provide psychological services? How does that work?


We have a number of staff who handle these issues. A lot of it is referrals and advocacy work. Last year for instance we arranged around 5,000 medical appointments for our clients.

 

Additionally, we have a Wellness Coordinator who supports our clients. We do not have a psychologist or psychiatrist but our Wellness Coordinator is the person who works with clients to support their well-being. Some people need that extra support and so, our Wellness Coordinator provides that and makes referrals accordingly. We also advocate for our clients. We are collaborating with the Dental School at Dalhousie University so that we can refer refugee clients.

 

Is this initiative part of a plan to make students of the Dental School culturally aware in their practices?

 

For Sure! Every time we collaborate with any organization, this is what happens. Our clients - refugees, immigrants, they are just new Nova Scotians. They are your clients, your customers and your neighbours. Their kids are playing with your kids. Where is the tipping point when it just becomes the norm? I am not sure because we are nowhere near that point yet in Nova Scotia. In somewhere like Toronto, 60% of the population are first generation immigrants. Here, it is less than 1%. Honestly, I smile when people say that we are multicultural in Nova Scotia. Yes, we may be much more compared to ten years ago but I wouldn’t say that we are yet multicultural.

 

Does ISANS provide cultural awareness workshops?

 

Yes! We have a group of folks who do not work with immigrants. They work with employers, businesses and organizations and provide cultural capacity building. One works specifically with organizations and helps them develop their capacity to respond to immigrants and the other one works specifically with businesses and employers.

 

So, you cater to members of both communities, i.e., the host community and immigrants. Do you have any limitations in your actions and if yes, what would those limitations be? 


The main one will probably be capacity. We are the Social Service sector and for us, there is so much more that can be done. I do not think that we capitalized on what happened with the Syrian Refugee Initiative. We felt it across the country -  people came together and learned so much about the worldwide refugee situation, but we still have a way to go to ensure that immigrants get jobs at the level commensurate with their experience and skills, that newcomers truly receive a welcome.  We have just launched a video which highlights how everybody just wants community, safety and opportunity.

But we are on the right path here in Nova Scotia.  It’s an exciting time for us as there is such a groundswell of support for immigration in the province and ISANS is really looking forward to playing its role.

 

You mentioned at the beginning of the interview that the services that you provide originated with the refugee crisis. So, would you say that the Syrian Refugee Initiative changed how things are being done now and that people have changed the way they think?  

 

I think that there were certainly a lot of people who woke up and did not know or did not understand what was happening. We had 500 privately sponsored Syrian refugees in Nova Scotia and this is a lot because the year before, we had around 40 private sponsored refugees arrive. The vast majority of those private sponsorships we supported were family linked. It was people’s brother/sister, friends. Most Nova Scotians did not have any contact with refugees before but now, many people are intimately involved with refugees, through private sponsorship.

 

So, did that have an impact on your practices as a service provider?

 

Well, it has changed our practices because of the volume and the number of people who have very similar profile. These were government-assisted refugees who had very little English and very large families. So, we had to cater to these new people. We had to look for different kinds of permanent housing and the large number meant we had to respond to their specific needs. Thus, we have changed our services and the way we work to match their needs but that will change again. We work with the people who are in front of us. With regard to the Syrian refugee initiative in particular, we were able to provide those services because of the investment of government funding.

 

In your everyday practice, do you resort more to experience or do you find that you sometimes use scholarly publications to help you?

 

We work with a number of researchers and the data that they provide is really useful to us and this can help shape our practices.

 

Additionally, there is a Nova Scotia roundtable on research which comprises the government, researchers and NGOs. This is being helpful to us as well.

 

So, do you have any needs in terms of research that you would like to see developed?

 

The first initiative coming out of the Atlantic Growth Strategy is the Atlantic Immigration Pilot. This is an employer-driven approach where an employer can either bring a person in as an immigrant from abroad or turn an employee from a temporary visa to a permanent visa but the employer also has to invest in settlement. The employer will have that responsibility but of course ISANS, and others in the settlement sector will support with the services that they provide.  For example, the employer does not necessarily have to teach their new employee English but does need to tell them where they can learn English. ISANS's role is to develop the settlement plan that we provide to the new immigrant.  To our knowledge, nobody has arrived under this program yet.

 

This would be great research for us. Is this program working? How are the employers doing? Are the people staying in Nova Scotia or in the Atlantic? Are they staying in that job? How are the spouses doing? A research on this new program specifically would be helpful because we want to know about the investments that the employers are making and the work that it is taking to hold this together.

 

So, you are basically looking for an assessment of the settlement plans and of the Atlantic Immigration Pilot?

 

Yes, but we also want to know if they stay. Is it a good program? The idea behind the development of this program is that the employer will help this person to integrate into the community and stay because it’s the employer that lives in and knows that community.

 

We are also always interested in outcome-based research. What kind of jobs are people getting? What are people earning? Are they volunteering in the community?  Have community attitudes changed?

 

This is a very good example but are there any other research needs that you have?

 

The Syrian Refugees would be a great one. What happened with these people? Did they stay in the Atlantic or in Nova Scotia? Are the children going to university? Are they working and making a living wage? In the end, Canada accepted 40,000 refugees and that is a very big number to look at. We worked very intensively with these refugees in the first year and then, less so in the following years except with those who have very severe health needs. So, what happened to them, including those who were privately sponsored?

 

Those are great questions and hopefully they will be of interest for some scholars out there. Is there anything else that you would like to talk about, Gerry?

 

I think it will be good to talk about the impact of community attitudes. What difference did the Syrian refugees bring to community attitudes? Was it a big difference or a small difference? People would come and stay in a community for one of three reasons, i.e., job, family and community. If the family members are there, they are probably not going elsewhere. If you feel safe in a community and you are supported by the community, you will stay. Moreover, nobody is staying unless they get a job. So, how well are these working out for the Syrian refugees? It is that community side of immigration that will be very interesting to discuss. What I would also like to see is about the next stage. This is what happened and this is where we are but what can we do now?

 

Immigrant Services Association of Nova Scotia (ISANS)
Gerry Mills 
Executive Director / Directrice générale
 

Entrevue de Gerry Mills

Bonjour Gerry! Merci infiniment d’avoir accepté de nous rencontrer. Nous sommes ici aujourd'hui pour parler de votre organisme – ISANS – qui est un acteur essentiel à Halifax et en Nouvelle-Écosse pour son travail auprès des nouveaux immigrants. Est-ce que vous pourriez nous dire dans un premier temps quelques mots sur l'historique de votre organisme ?

 

L'organisme a débuté ses travaux en 1980. Deux organismes, dont l’un avait été créé en 1980 et l'autre en 1988, ont été fusionnés en 2003. Dans le secteur de l'immigration, nous avions subi des coupes significatives d'environ 10% par an, pendant environ quatre ans. Maintenir notre stabilité financière était vraiment un défi, alors nous avons commencé à parler d'une fusion de nos organismes à ce moment-là, mais comme les contrats de location de nos deux organismes arrivaient à échéance, nous avons commencé à parler du regroupement de nos bureaux. Nous avons donc emménagé ensemble en 2003 et avons été regroupés pendant environ 5-6 ans. La synergie qui s'est produite lors de notre rapprochement a été remarquable. Le personnel développait des programmes dans les deux organismes et les clients et le personnel en bénéficiaient. Devant, les clients n'ont vu aucune différence; au milieu, le personnel était en train de collaborer et de travailler ensemble; mais au niveau administratif, c'était un défi de garder les organismes séparés. Alors, en 2009, nous avons fusionné nos services. Nous avons commencé avec le nom d'ISIS, mais nous ne l'avons pas gardé longtemps pour des raisons évidentes et 18 mois plus tard, nous avons opté pour ISANS.

 

Je crois que vous êtes le plus grand organisme au Canada atlantique qui traite l'arrivée des nouveaux immigrants. Votre personnel compte combien d'employés ?

 

Oui, nous sommes le plus grand et le nombre d’employés dans notre organisme varie car nous avons différentes priorités et nous répondons à différents besoins. Nous avons généralement entre 160 à 170 employés. Lorsque de notre fusion en 2009, nous étions environ 90, mais nous avons connu une croissance importante au cours des dernières années, surtout en raison de l'Initiative de réinstallation des réfugiés syriens.

 

Quels types de services offrez-vous ?

 

Nous sommes le seul titulaire du programme d'aide au réétablissement (PAR) en Nouvelle-Écosse. Donc nous allons chercher les réfugiés à l'aéroport, nous leur fournissons un logement temporaire et permanent, nous inscrivons les enfants dans les écoles et nous fournissons essentiellement une panoplie de programmes de soutien pour assurer la réussite de la transition et de la réinstallation des réfugiés. Nous sommes également un organisme signataire d’une entente de parrainage (SEP). Cela veut dire que les parrainages privés des réfugiés du gouvernement fédéral passent par nos services.

 

Nous fournissons également des programmes et des services à tous les immigrants qui s'établissent en Nouvelle-Écosse et nous les référons à d'autres organismes et d’autres ressources. Nous proposons une orientation sur la Nouvelle-Écosse - autour de choses comme le système juridique, l'éducation, la santé, les transports, les loisirs et d'autres sujets importants pour les nouveaux arrivants. Nous offrons une formation linguistique dans de nombreux domaines différents - pour ceux qui ne lisent pas ou n'écrivent pas dans leur langue maternelle, pour ceux qui veulent améliorer leurs compétences linguistiques pour pouvoir s'intégrer dans la communauté, pour ceux qui se préparent à entrer sur le marché du travail et pour les professionnels de professions réglementées qui ont été formés à l'étranger etc. Nous offrons également une formation linguistique sur le lieu de travail ou avant l'arrivée, des cours particuliers et en ligne.

 

En ce qui concerne l’emploi, nous fournissons un service de mentorat, des stages en milieu de travail, et des programmes de transition pour les personnes formées à l'étranger et pour les personnes qui n'ont pas beaucoup d'éducation formelle. L'année dernière, nous avons aidé à la création de 109 nouvelles entreprises en Nouvelle-Écosse. Alors, nous aidons aussi les gens à ouvrir leurs propres entreprises et à les développer.

 

Nous avons une équipe de personnes qui aident les immigrants à établir un lien avec la communauté. Dans ce programme, nous avons environ 600 bénévoles qui aident à soutenir le programme. Nous disons que nous allons dans les deux directions à la fois. Nous offrons non seulement des ressources aux immigrants, mais aussi à la communauté et aux employeurs pour accueillir les immigrants.

 

Cela a été intéressant pour nous parce que nous existons depuis 40 ans et nous étions les seuls à s’intéresser à l'immigration, mais maintenant tout le monde s'intéresse à la question. En ce qui concerne la mobilisation et le changement de l’ordre des choses, il y a maintenant plus d’intervenants dans la communauté et nous en sommes ravis.

 

En ce qui concerne les services médicaux pour les réfugiés et les nouveaux immigrants, faites-vous des références aux cliniques et fournissez-vous des services psychologiques? Comment ça marche ?


Nous avons un certain nombre de personnel qui s'occupent de ces problèmes, souvent en faisant des références et de la mobilisation. L'an dernier, par exemple, nous avons organisé environ 5 000 rendez-vous médicaux pour nos clients.

 

De plus, nous avons un Coordonnateur du bien-être qui soutient nos clients. Nous n'avons pas de psychologue ou de psychiatre, mais notre Coordonnateur du bien-être est la personne qui travaille avec les clients pour soutenir leur bien-être. Certaines personnes ont besoin d'un soutien supplémentaire et, par conséquent, notre Coordonnateur du bien-être fournit ce genre de soutien et fait des références en conséquence. Nous défendons également nos clients. Nous sommes aussi en train de collaborer avec l'école dentaire de l'Université Dalhousie afin que les réfugiés puissent recevoir des soins dentaires.

 

Cette initiative fait-elle partie d'un plan visant à sensibiliser les étudiants de l'école dentaire sur la présence des différentes cultures quand ils pratiqueront ?

 

Bien sûr! Chaque fois que nous collaborons avec un organisme, c'est ce qui se passe. Nos clients : réfugiés et immigrants, ce ne sont que de nouveaux Néo-Écossais. Ce sont vos clients et vos voisins. Leurs enfants jouent avec vos enfants. Quand est-ce que cela devenir la norme? Je ne suis pas sûr parce que nous n’en sommes pas encore là en Nouvelle-Écosse. À Toronto, les immigrants de première génération constituent 60% de la population. Ici, c'est moins de 1%. Honnêtement, je souris quand les gens disent que nous sommes multiculturels en Nouvelle-Écosse. Oui, nous pouvons être beaucoup plus multiculturels qu’il y a dix ans, mais je ne dirais pas encore que nous sommes multiculturels.

 

Est-ce que ISANS propose-t-il des ateliers de sensibilisation culturelle ?

 

Oui! Nous avons un groupe de personnes qui ne travaillent pas avec les immigrants. Ils travaillent avec des employeurs, des entreprises et des organismes et ils aident au développement des capacités culturelles. Un de nos employés travaille spécifiquement avec les organismes et les aide à développer leur capacité à travailler avec les immigrants et un autre travaille spécifiquement avec les entreprises et les employeurs.

 

Donc, vous répondez aux besoins des membres des deux communautés, à savoir la communauté d'accueil et les immigrants. Faites-vous face à des défis dans vos actions et, si oui, quelles seraient ces défis ?


Notre défi principal est probablement notre capacité. On fait partie du secteur des services sociaux et on peut en faire tellement plus dans ce secteur. Je ne pense pas que nous ayons capitalisé sur ce qui s'est passé avec l'Initiative de réinstallation des réfugiés syriens. Nous l'avons ressenti à travers le pays - les gens se sont réunis et ont beaucoup appris sur la situation mondiale des réfugiés, mais nous avons encore du chemin à faire pour s'assurer que les immigrants obtiennent des emplois qui correspondent à leur expérience et leurs compétences et que les nouveaux arrivants soient bien accueillis. Nous venons de lancer une vidéo qui souligne la façon dont tout le monde aspire simplement à faire partie d’une communauté, à se sentir en sécurité et avoir des opportunités.

 

Mais nous sommes sur le bon chemin ici en Nouvelle-Écosse. C'est un moment passionnant pour nous, car il existe un appui énorme dans la province en ce qui concerne l'immigration et ISANS a vraiment hâte de jouer son rôle.

 

Vous avez mentionné au début de l'entrevue que les services que vous fournissez ont suivi la crise des réfugiés. Alors, diriez-vous que l'Initiative de réinstallation des réfugiés syriens a changé la façon dont les choses se font maintenant et que les gens ont changé leur façon de penser ? 

 

Je pense qu'il y a certainement beaucoup de gens qui se sont réveillés et qui ne savaient pas ou ne comprenaient pas ce qui se passait. Nous avons eu 500 parrainages privés de réfugiés syriens en Nouvelle-Écosse et c'est beaucoup parce que l'année précédente, nous n’en avions eu environ que 40. La grande majorité de ces parrainages privés que nous avons soutenus étaient liés à des membres de la famille. C'était le frère ou la sœur ou l'ami(e) d'une personne. La plupart des Néo-Écossais n'avaient jamais eu aucun contact avec les réfugiés auparavant, mais maintenant, beaucoup de personnes sont personnellement impliquées avec les réfugiés à travers le parrainage privé.

 

Alors, cela a-t-il eu un effet sur vos pratiques en tant que fournisseur de services ?

 

Eh bien, cela a changé nos pratiques en raison du volume et du nombre de personnes ayant un profil très similaire. Il s'agissait de réfugiés assistés par le gouvernement qui parlaient très peu l'anglais et qui avaient de très grandes familles. Donc, nous avons dû répondre aux besoins de ces nouvelles personnes. Nous avons dû rechercher différents types de logements permanents et les grandes familles nous signifiaient qu'ils avaient des besoins spécifiques. Ainsi, nous avons changé nos services et la façon dont nous travaillons pour répondre à leurs besoins, mais cela changera à nouveau. Nous travaillons avec les gens qui sont devant nous. En ce qui concerne l'initiative des réfugiés syriens en particulier, nous avons pu fournir ces services grâce au financement par des fonds publics.

 

Dans votre pratique quotidienne, avez-vous recours à l'expérience ou utilisez-vous parfois des publications universitaires pour vous aider ?

 

Nous travaillons avec un certain nombre de chercheurs et les données qu'ils fournissent nous sont vraiment utiles et cela aide à façonner nos pratiques. En outre, il y a une table ronde en Nouvelle-Écosse sur la recherche qui comprend le gouvernement, les chercheurs et les ONG. Cela nous est aussi utile.

 

Alors, avez-vous des besoins en termes de recherche que vous souhaitez voir développer ?

 

La première initiative issue de la Stratégie de croissance du Canada atlantique est le Programme pilote en matière d’immigration au Canada atlantique. Il s'agit d'une approche axée sur les employeurs où un employeur peut soit amener une personne en tant qu'immigrant de l'étranger ou transformer le visa temporaire d'un employé en un visa permanent, mais l'employeur doit également investir dans l'établissement de son employé. L'employeur aura cette responsabilité, mais bien sûr, ISANS, et d'autres personnes dans le secteur de l'établissement soutiendront les services qu'ils fournissent. Par exemple, l'employeur n'a pas nécessairement à enseigner l'anglais à son nouvel employé, mais il faut qu'il leur dise où ils peuvent apprendre l'anglais. Le rôle d'ISANS est d'élaborer le plan d'établissement que nous fournissons au nouvel immigrant. À notre connaissance, personne n'est encore arrivé à travers ce programme.

 

Ce serait un excellent sujet de recherche pour nous. Est-ce que ce programme fonctionne vraiment? Comment les employeurs font-ils? Les gens restent-ils en Nouvelle-Écosse ou dans le Canada atlantique? Est-ce qu'ils restent dans ce même travail? Comment les époux(ses) font-ils/elles ? Une recherche sur ce nouveau programme serait particulièrement utile car nous voulons connaître les investissements que les employeurs font et les dispositions nécessaires à prendre pour que ce programme fonctionne.

 

Donc, vous cherchez essentiellement une évaluation des plans d'établissement et du Programme pilote en matière d’immigration au Canada atlantique ?

 

Oui, mais nous voulons aussi savoir si les immigrants restent. Est-ce un bon programme? Le développement de ce programme est basé sur l'idée que l'employeur aidera cette personne à s'intégrer dans la communauté et à rester parce que l'employeur vit dans cette communauté et la connaît.

 

Nous sommes également toujours intéressés par les recherches axées sur les résultats. Quel genre d'emplois les gens obtiennent-ils ? Combien sont-ils payés ? Sont-ils bénévoles dans la communauté ? Les attitudes de la communauté ont-elles changé ?

 

C'est un très bon exemple, mais y a-t-il d'autres besoins de recherche que vous avez ?

 

Une recherche sur les réfugiés syriens serait formidable. Qu'est-ce qui s'est passé avec ces personnes ? Sont-elles restées dans le Canada Atlantique ou en Nouvelle-Écosse ? Les enfants vont-ils à l'université ? Travaillent-ils et ont-ils un salaire suffisant? En fin de compte, le Canada a accepté 40 000 réfugiés et c'est un très grand nombre à examiner. Nous avons travaillé très intensément avec ces réfugiés au cours de la première année et moins dans les années suivantes, sauf avec ceux qui ont des besoins de santé très importants. Alors, que sont-ils devenus, y compris ceux qui ont été parrainés ?

 

Ce sont d'excellentes questions et on espère que certains chercheurs y porteront attention. Y a-t-il autre chose dont vous aimeriez parler, Gerry ?

 

Je pense qu'il faut qu'on parle de l'impact des attitudes de la communauté sur les réfugiés. Quelle différence les réfugiés syriens ont-ils apporté aux attitudes de la communauté ? Est-ce que cela a fait une grande différence ou même une petite différence ? Les gens viendront et resteront dans une communauté pour trois raisons, c'est-à-dire le travail, la famille et la communauté. Si les membres de la famille sont là, ils n’iront probablement pas ailleurs. Si vous vous sentez en sécurité dans une communauté et que vous êtes soutenu par la communauté, vous resterez. En outre, personne ne restera à moins d'avoir un emploi. Alors, les réfugiés syriens sont-ils satisfait au regard de ces besoins ? C'est le côté communautaire de l'immigration qui sera un sujet de discussion intéressant. Ce que j'aimerais également voir, c'est la prochaine étape. Nous savons déjà ce qui s'est passé et où nous nous situons mais que pouvons-nous faire maintenant pour passer à la prochaine phase?

Association des services d'immigration de la Nouvelle-Écosse

For more information: / Pour plus d’informations: 

www.isans.ca

Saint Mary's University, 923 Robie Street

Halifax, NS B3H 3C3 

Email: icst@smu.ca
Tel: 902-420-5810

Fax: 123-456-7890

  • White Facebook Icon

© 2018 by ICST Conference

Photos: Communications Nova Scotia, Immigration Francophone, Pier 21, Sobey School of Business