Interview of Merek Jagielski

 

Good morning Merek! Thank you kindly for meeting with us. As part of the organizing of the conference on immigration, we are reaching out to community organizations and service providers who work with newcomer immigrants. We learned very recently about the Nova Scotia Coalition on Community Interpreting (NSCCI). Is it a community organization? Could you give us some background about the NSCCI?

 

NSCCI is a coalition. We call it a stakeholder partnership group that came into existence five years ago. It has been led by ISANS (Immigrant Service Association of Nova Scotia). We realized the need to bring all the partners and stakeholders in the community interpreting field together to work on developing a community interpretation field agenda in Nova Scotia. This coalition is made of representatives from different governmental departments: Community Services, Office of Immigration, Department of Justice, Department of Health and Wellness and Interpreter and Translators Association which was formerly registered in Nova Scotia. We also have representatives from service-providing organizations such as Nova Scotia Health Authority, IWK, Nova Scotia Interpreting Services. As I said, it is a collection of stakeholders with a primary goal to focus and advance the community interpreting agenda which means better access to services for publicly-funded organizations where there is a language barrier and this mostly applies to immigrant and refugee languages.

Since its creation, what have been the different stages of the development of the coalition?

 

In 2014, we had a very big event, a symposium, a community interpreting public event and in collaboration and partnership with the Immigration Office of Nova Scotia, we launched the guidelines of community interpreting in sort of a semiformal policy-framework document for any agency or service in Nova Scotia who works or uses interpretation to enable clients to access services. We have had public community events regarding consultations with non-profit groups and sectors. Recently, in April, we had a consultation with the government and academic sector. Based on those consultations, we created reference documents for any service provider to use internally or act upon accordingly based on the need for a specific service or specific policy.

 

In these five years, as a coalition, we have accomplished good outcomes. First outcome and probably the most positive one for this coalition is that we work as a group. So, we have a very need-driven perspective as compared to a service-driven perspective. We exchange information, we coordinate certain things and we also address issues such as standards in interpretation in Nova Scotia, certification, planning, working with interpreters (information referrals) and connecting the community. Our final goal is to develop a provincial policy-framework for the use of interpretation by publicly-funded services.

 

Does it involve a little bit of lobbying?

 

Yes, we call it advocacy. We are coming from a different angle and because our members come from government departments, they cannot do lobbying but they are excellent contact resource people for specific agencies and departments to provide consultation and information. Advocacy would be in the field of promoting the community interpreting industry of Nova Scotia as a service industry and not as some sort of volunteer work which it is not. Interpretation has always been linked to service functions, so it is not volunteer-driven. We also do advocacy in terms of advanced agendas and professionalizing agendas for the community interpreting service industry of Nova Scotia.

 

Could you give us a sense of why that coalition was formed? Was it in regards to specific events that occurred?


I think it was based on a comprehensive approach. Five years ago, we had different agencies doing their own thing; we had the Department of Justice doing certain things on their own; we had the Nova Scotia Health Authority doing other things and that is how we realized that instead of everyone doing things on their own, we should get together and work on the issues regarding community interpreting to streamline and coordinate the efforts, to have a sense of the direction in which we are going  and to incorporate more of a holistic and comprehensive vision that applied to the whole field and not to a specific service because there were a lot of discrepancies. In addition, we realized that this has to be led by some service agency with some credibility such as ISANS and I am currently the lead of this coalition. Another approach was to engage people from different sectors to have a good representation and good input. The purpose was to streamline, coordinate, and create some sort of direction and framework that we can all connect to or relate to.

The Ivany Report was published in 2014. In that report, immigration is central and regarded as one of the pillars of the economic development of the province. So, was that also an incentive for this coalition?

 

I would say yes because initially, our coalition was just a group of interpreting service-providing agencies and Interpretation & Translation Services. The Ivany Report definitely prompted government departments to become more engaged in our work. We always had the Nova Scotia Office of Immigration to support us in terms of funding for our events. We worked on the standardization of guidelines for the Department of Immigration and they provided us with logistical support and consulting. The Department of Health and Wellness was always sort of with us because we had Nova Scotia Health Authority and IWK on board but then we realized that community services became more interested because of the issues of working with immigrants and refugees. The academic field also became more interested because universities in Nova Scotia and Community College got involved with the coalition and now we have some sort of training which is academically based and accredited. So yes, that positively impacted us, based on the importance of working with immigrants and refugees and accommodating language services.  

There were decisions made by the government like welcoming refugees from Syria. Would those events impact or change the way you look at interpreting services?

 

Yes, it had a great impact, especially on Community Services. Based on the Syrian Refugee project in Nova Scotia, the Minister, policy people and managers realized that they have to step in and they designated a policy staff to join us and become a full member of the coalition. Definitely, that has had a great impact. The Department of Education also realized the importance of language and interpretation services based on the Syrian project because we had a huge influx of Syrian refugee children. I noticed a positive response from the Police Department as well. They now use interpretation for their own work and they became very much interested as a result of the Syrian refugees in Nova Scotia. Now, we have a designated Diversity Officer from the Police Department who joined the coalition. The latter is now well represented and reflect the current needs, situations and trends as it comes to interpretation.

Where do you think the coalition will be in five or ten years from now?


We have a vision that the coalition will be representing the community interpreting field in Nova Scotia, speaking with one voice and very much leading policy initiatives. It might also become some sort of registered entity that will look into the certification of community interpreters and the standardization of the community interpreting field in Nova Scotia, in collaboration with existing associations of translators and interpreters. It will definitely be a resource type of function, providing some information guidelines to interpreting standards in Nova Scotia. It might eventually become a representation of the community interpreting industry in Nova Scotia for the general public, departments and the government.

So, these are your future goals for the coalition. Do you face any limitations or challenges in trying to achieve those goals?

 

Yes, that is the nature of our work. We have different partners and stakeholders who comes from different groups, different organizations, different cultures and different perspectives and needs. We are actually developing a new type of culture and understanding. Sometimes, the perspective can be very much limited to specific needs, with less interest in development or standardization. Through our coalition meetings, we have the chance to discuss about these things, to educate ourselves and better inform ourselves, to see from a more holistic perspective the interpretation issue in Nova Scotia (not coming from the specific departments) and to create a moral framework that is based on specific needs and that everyone can access.

 

The other aspect of our coalition is that we are an informal type of group. We want to keep it that way because it is most effective. When you start formalizing things, it kills the ideas and you have to look into funding and programming. For us, it is a good practice. I must say that within the Canadian context, we are quite leading in terms of our approach but we have to reflect the reality of the province. We cannot use the Ontario model and just import it to Nova Scotia. Context and realities are different. We can use the idea and adjust it to the context and reality of Nova Scotia.

Does the coalition work with the various research institutions around Halifax to give directions to its actions? If so, what is this research about and if not, what are the kinds of knowledges that you will need to take actions? 

 

Yes, we had sort of two community-based research projects. The first one was initiated by the coalition of the Office of Immigration and Department of Labour and Advanced Education. We had Master of Public Administration students working with us through the Nova Scotia Department of Labour and Advanced Education work placements. They were assigned to assist, draft and do a mini research on issues related to standards in interpretation and how that might be reflected in developing policies. They were graduate students from the Dalhousie School of Public Administration. Those are the types of mini research projects that ended up in creating the Guidelines and Standards for Language Interpretation in Nova Scotia. They did some literature review based on the community experience and context which helped us in creating this type of a policy document. The other mini research was through Legal Information Services which is part of the coalition. There was a law student placement and the student did a little research on the legal aspects of interpretation in Nova Scotia which gave us a better understanding. We have not done a general academic research yet. In the future, we would definitely like to see if there is the opportunity to do some research in the Nova Scotia context. How interpretation works? We would like to have a very good research paper with all of the methodologies, outcomes and potential recommendations to obtain some support from the academic field. We use some documents that have been produced by national bodies even though we try to focus more on the local context. Saint Mary's University might be a great venue for us for conducting research on the interpreting field in Nova Scotia.

In the context of the conference, would you like to see specific questions addressed?

 

Yes, if we have such a chance, then why not? I can see that the conference wants to bring a holistic perspective and if there will be the chance to develop some academic research questions as a result of the conference, that would be excellent. 

Do you have specific examples of issues that would need to be addressed at the conference?

 

For us, from the perspective of the community interpreting field, the question will probably be around the best practices in our field, whether it is national or international. Looking into the realities of Nova Scotia as it comes to interpretation, we would like to know how publicly-funded organizations work with language barriers and accommodate their clients. Does it work in a more holistic perspective? Moreover, we don't have any research on interpreters. We always talk about interpretation but we tend to forget about the interpreters. So, how do they see themselves in their roles and while developing this service?

 

The issue also, Jean-Jacques, would be the languages. We have to put it into the context of the languages in Nova Scotia and the role of languages in developing the province. We might talk about the Consortium but interpretation issues will definitely be linked to it. How can immigrant and refugee heritage or non-heritage languages actually contribute to the growth and development of Nova Scotia? How does they affect the social component, economic component or globalization of the province? What is the importance of those languages in Nova Scotia?

We are getting to the end of this interview. Is there anything else that you would like to add, Merek?

 

I would say that it is a good thing that there is an interest now in the community interpreting field in Nova Scotia because it is kind of a neglected field in terms of perceptions and understanding. When we use the concept of community, many service organizations think that it is volunteering but it is actually about the professional concept of community. Interpreting is a service field but it is different from legal or medical. It means that we work with the community but we also work for the professional types of services. This changes the role and the understanding that people have of our field. What does it mean? What are the capacities in Nova Scotia and how can we develop these capacities? How to professionalize this field in Nova Scotia? These are the types of strategic themes for the future. In any conference or any event that we organize or participate in we try to aim for this. What is the big picture of community interpreting?

NS Coalition on Community Interpreting
Merek Jagielski
NS Coalition on Community Interpreting Leader / Chef de file de la Coalition pour l’interprétariat communautaire de la Nouvelle-Écosse
 

Entrevue avec Merek Jagielski

 

Bonjour Merek. Merci à vous d’avoir bien voulu nous rencontrer. Dans le cadre de l’organisation de la conférence sur l’immigration, nous voulons approcher les organismes communautaires et les prestataires de service qui travaillent avec les nouveaux arrivants. Nous avons appris très récemment l’existence de la Coalition pour l’interprétariat communautaire de la Nouvelle-Écosse (NSCCI). Est-ce qu’elle a le statut d’organisme communautaire ? Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur le NSCCI?

 

NSCCI est une coalition. C’est ce que nous appelons un groupe multilatéral de partenaires qui est né il y a cinq ans à l’initiative d’ISANS (Immigrant Service Association of Nova Scotia). Nous avons compris qu’il fallait rassembler les partenaires et les acteurs intéressés dans le domaine de l’interprétariat communautaire pour travailler au développement d’un échéancier du champ de l’interprétariat communautaire en Nouvelle-Écosse. La coalition est composée de représentants de différents ministères gouvernementaux : Services à la communauté, le Bureau de l’immigration, le ministère de la Justice, le ministère de la Santé et du Mieux-être et l’Association des interprètes et des traducteurs inscrite au Registre de la Nouvelle-Écosse. La Coalition regroupe également des représentants de différents organismes prestataires de service tels que la régie de la Santé de la Nouvelle-Écosse, le centre de soin de santé IWK, les services d’interprétation de la Nouvelle-Écosse. Comme je l’ai déjà mentionné, c’est un regroupement d’acteurs dont le but premier est de faire avancer le dossier de l’interprétariat communautaire ce qui se traduit par un meilleur accès aux services des organismes financés par des fonds publics où se manifeste la barrière de la langue, le plus souvent pour les populations d’immigrants et de réfugiés. 

Depuis sa création, quels ont été les différents stades de développement de la Coalition ?

 

En 2014, nous avons organisé un grand symposium public sur le thème de l’interprétariat communautaire, en collaboration et en partenariat avec l’Office de l’immigration de la Nouvelle-Écosse. Nous avons lancé les directives pour l’interprétariat communautaire sous la forme d’un document cadre des politiques semi-officiel pour les agences et les services en Nouvelle-Écosse qui travaillent ou utilisent l’interprétariat pour rendre accessible leurs services à leurs clients. Nous avons également organisé des événements communautaires publics de consultation auprès d’organismes à but non lucratif. Récemment, en avril dernier, nous avons organisé une consultation impliquant le gouvernement et les milieux académiques. Sur la base de ces consultations, nous avons créé des documents de référence à l’usage des prestataires de service en fonction de leurs besoins particuliers.

 

Au cours de ces cinq années, la Coalition a accompli un certain nombre de choses. Le premier accomplissement qui est probablement également le plus positif pour la Coalition, c’est le fait que nous travaillons en groupe. Notre approche est fondée sur les besoins plutôt que sur les services. Nous échangeons des informations, nous coordonnons différentes choses et nous traitons de certains problèmes tels que les normes de l’interprétation en Nouvelle-Écosse, la certification, la planification, le travail avec les interprètes (référence) et la création de liens dans la communauté. Notre but ultime est de développer un cadre provincial de politique d’utilisation des services d’interprétation par les services financés par des fonds publics.

Ce travail implique-t-il un  peu de lobbying ?

 

Oui, nous appelons cela de la mobilisation. Nous adoptons un angle différent parce que, du fait que les membres de la Coalition travaillent dans les ministères, ces derniers ne peuvent pas faire du lobbying mais ils sont d’excellentes personnes-ressources pour apporter des informations et des conseils à des ministères et des agences spécifiques. La mobilisation porte sur la promotion du secteur de l’interprétariat communautaire comme un service professionnel et non comme une activité bénévole. L’interprétariat a toujours été lié à des fins de service et donc ce n’est pas une activité bénévole. Nous faisons également de la mobilisation pour promouvoir l’avancement et la professionnalisation du secteur de l’interprétariat communautaire en Nouvelle-Écosse.

Pourriez-vous nous donner quelques-unes des raisons pour lesquelles la Coalition a été formée ? Est-ce lié à certains événements en particulier ?

 

Je crois que la formation de la Coalition est partie d’une approche globale. Il y a cinq ans, il y avait des agences qui faisaient chacune leurs petites affaires. Le ministère de la Justice faisaient certaines choses, la Régie de la Santé Nouvelle-Écosse faisaient d’autres choses et c’est là que nous avons réalisé que, plutôt que d’avoir des agences qui font des choses dans leur coin, nous devrions nous rassembler et travailler sur des questions liées à l’interprétariat communautaire en concentrant et coordonnant nos efforts, en donnant une direction plus claire à notre action, et en intégrant une vision holistique de l’interprétariat qui puisse être appliqué à l’ensemble du secteur et non à des services particuliers. Il y avait des différences importantes dans les approches. De plus, nous avons compris qu’il fallait que cette démarche soit menée par un organisme de services jouissant d’une certaine crédibilité tel qu’ISANS et je suis actuellement à la tête de cette coalition. Il a fallu également approcher des gens de différents secteurs pour obtenir une bonne représentation et une bonne participation. L’objectif était d’uniformiser, de coordonner et de créer un cadre de référence et une direction auxquels nous pouvons tous adhérer.

Le Rapport Ivany a été publié en 2014. Dans ce Rapport, l’immigration tient une place centrale et est perçue comme un des piliers du développement économique de la province. Est-ce que la publication de ce rapport a pu être un incitatif à la création de la Coalition ?

 

Je dirais que oui, parce qu’initialement notre coalition était juste un groupe d’agences de service et de prestataires offrant des services en interprétariat et en traduction. Le Rapport Ivany a indéniablement incité les ministères à s’engager dans notre action. Nous pouvions toujours compter sur le Bureau de l’Immigration de la Nouvelle-Écosse pour nous soutenir financièrement dans l’organisation de nos événements. Nous avons travaillé à la standardisation des directives  pour le ministère de l’Immigration et ils nous ont fourni un soutien logistique et de conseil. Le ministère de la Santé et du Mieux-être a toujours fait partie du groupe parce que la Régie de la Santé Nouvelle-Écosse et  le centre de soin de santé IWK nous avaient déjà rejoints mais nous avons réalisé que les services communautaires se sont montrés beaucoup plus intéressés du fait des défis liés au travail avec une clientèle d’immigrants et de réfugiés. Les milieux académiques se sont montrés également plus intéressés parce que certaines universités de la Nouvelle-Écosse et le collège communautaire se sont impliqués dans la coalition. Nous disposons maintenant d’une sorte de formation universitaire accréditée. Donc oui, ce Rapport a eu un impact sur nos activités du fait de l’importance croissante du travail avec les immigrants et les réfugiés et de la nécessité d’offrir des services linguistiques.

 

Il y a aussi les décisions qui ont été prises par le gouvernement d’accueillir des réfugiés de Syrie. Ces décisions ont-elles eu une incidence ou ont-elles changé votre façon de voir le service d’interprétariat ?

 

Oui, l’impact a été grand notamment sur les services communautaires. À partir du projet d’accueil des réfugiés syriens en Nouvelle-Écosse, le Ministre, les fonctionnaires et les gestionnaires ont compris qu’il fallait qu’ils s’impliquent et ils ont délégué un fonctionnaire pour rejoindre la Coalition. Cela a indéniablement eu un impact. Le ministère de l’Éducation a également réalisé l’importance des services linguistiques et d’interprétation du fait du projet d’accueil des réfugiés syriens parce que nous avons reçu un nombre important d’enfants réfugiés syriens. J’ai également noté une réponse positive des services de police. Ils utilisent maintenant un service d’interprétariat dans leur travail et se sont intéressés à ces questions du fait de l’accueil des réfugiés syriens en Nouvelle-Écosse. Nous comptons maintenant parmi les membres de la Coalition un Officier de la diversité du service de police. La Coalition est maintenant très représentative et reflète les besoins actuels ainsi que les nouveaux développements dans le domaine de l’interprétariat.

 

Ou en sera la Coalition dans cinq à dix ans selon vous ?

 

Nous espérons que la Coalition représentera le champ de l’interprétariat communautaire en Nouvelle-Écosse, parlera d’une seule voix et guidera les nouvelles politiques. Il est possible que la Coalition devienne une nouvelle entité enregistrée qui supervisera la certification des interprètes communautaires et la standardisation du champ de l’interprétariat communautaire. La Coalition aura nécessairement un rôle d’information sur les directives et les standards de l’interprétariat en Nouvelle-Écosse. Elle pourra éventuellement devenir un organe de représentation du secteur de l’interprétariat communautaire pour le public, les ministères et le gouvernement.

Les objectifs de la Coalition posés, faites-vous face à des défis particuliers dans votre action pour atteindre ces objectifs ?

 

Oui, c’est dans la nature même du travail. Nous avons une variété de partenaires et d’acteurs qui viennent de différents groupes, différents organismes, différentes cultures et qui ont des perspectives et des besoins différents. Nous développons actuellement une nouvelle culture et une nouvelle compréhension du problème. Parfois, les perspectives exposées peuvent être limitées à des besoins très spécifiques avec un intérêt moindre pour le développement ou la standardisation du secteur. Au cours des rencontres de la Coalition, l’opportunité nous est donnée de discuter de ces questions, de s’éduquer et mieux s’informer, de voir la question de l’interprétariat d’une perspective holistique (et non du point de vue de ministères particuliers) et de créer un cadre moral basé sur les besoins spécifiques auxquels répondent des services auquel chacun peut avoir accès.

 

L’autre défi de notre Coalition est que nous sommes un regroupement informel. Nous voulons garder ce format parce que c’est le plus efficace. Lorsque vous commencez à formaliser les choses, cela tue les idées car vous devez chercher des financements, établir une programmation. Pour nous, c’est une pratique saine. Je dois dire que dans le contexte canadien, notre approche est assez innovante mais nous devons refléter la réalité de la province. Nous ne pouvons pas importer le modèle de l’Ontario et l’utiliser tel quel. Nous pouvons utiliser l’idée et l’adapter au contexte et à la réalité de la Nouvelle-Écosse.

La Coalition travaille-t-elle avec les diverses institutions de recherche de la région métropolitaine d’Halifax pour guider son action ? Si oui, sur quoi porte cette recherche et si non, quels sont les types de savoirs dont vous avez besoin pour informer votre action ?

 

Oui, nous avons deux projets de recherche communautaires. Le premier a été initié conjointement par le Bureau de l’immigration et le ministère du Travail et de l’Éducation postsecondaire. Des étudiants de maitrise en administration publique ont travaillé avec nous par l’entremise du programme de placement du ministère du Travail et de l’Éducation postsecondaire. Nous leur avons demandé d’aider à la rédaction et de mener une petite recherche sur des questions relatives aux standards de l’interprétariat et sur la façon dont cela pourrait se traduire dans le développement de politiques. C’était des étudiants de 2ème cycle de l’École d’administration publique de Dalhousie. Ce type de mini projet de recherche nous a permis de créer le Directives et normes pour l’interprétariat communautaire de la Nouvelle-Écosse. Ils ont fait une revue de littérature basée sur l’expérience et le contexte communautaire qui nous a aidés à créer ce type de document de politique. L’autre mini projet de recherche a été fait à travers les Services d’information juridique qui font partie de la Coalition. Nous avons accueilli un étudiant en droit qui a fait une petite recherche qui nous a donnés une meilleure compréhension des aspects juridiques de l’interprétariat en Nouvelle-Écosse. Nous n’avons pas encore fait de recherche universitaire. À l’avenir, nous aimerions voir les possibilités de faire de la recherche dans le contexte de la Nouvelle-Écosse. Comment fait-on de l’interprétariat ? Nous aimerions avoir un bon article de recherche avec toutes les méthodologies, les objectifs et les recommandations potentielles pour obtenir du soutien de la communauté de chercheurs. Nous utilisons des documents qui ont été produits par des organes nationaux même si nous essayons de nous focaliser sur le contexte local. L’Université Saint Mary’s pourrait être un très bon partenaire pour faire de la recherche sur le secteur de l’interprétariat en Nouvelle-Écosse.

 

Dans le cadre de la conférence, souhaiteriez-vous que des questions spécifiques soient abordées ?

 

Oui, si l’occasion se présente pourquoi pas ? Je vois que la conférence veut apporter un regard holistique et si, dans la continuité de la conférence, l’opportunité se présentait de développer des questions de recherche, ce serait excellent.

Avez-vous des exemples spécifiques de défis que vous voudriez voir abordés lors de la conférence ?

 

Du point de vue du champ de l’interprétariat communautaire, la question porterait probablement sur les meilleures pratiques dans le domaine, au niveau national et international. Dans le contexte de la Nouvelle-Écosse, nous aimerions savoir comment des organismes financés par des fonds publics travaillent avec la barrière des langues et satisfont aux besoins de leurs clients. Est-ce que cela marche avec une approche plus holistique ? Il n’y a pas non plus de recherche sur les interprètes. Nous parlons toujours d’interprétariat mais nous avons tendance à oublier les interprètes. Comment se voient-ils dans leur rôle et dans leur pratique ?

 

Le problème porte sur les langues. Il faut mettre cela dans le contexte des langues en Nouvelle-Écosse et le rôle des langues dans le développement de la province. Nous pourrons peut-être parler du Consortium mais le problème de l’interprétation y est indéniablement lié. Comment les langues patrimoniales et non patrimoniales des immigrants et des réfugiés peuvent-elles contribuer à la croissance et au développement de la Nouvelle-Écosse ? Quelle est l’importance de ces langues en Nouvelle-Écosse ?

 

Merek, nous arrivons au terme de cette entrevue. Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

 

Je voudrais dire que c’est une bonne chose qu’il y ait un intérêt pour le secteur de l’interprétariat communautaire en Nouvelle-Écosse parce  que c’est un domaine négligé du point de vue de la perception et de la compréhension. Quand nous utilisons le concept de communauté, beaucoup d’organismes prestataires de services pensent que c’est du bénévolat mais il s’agit en fait du concept professionnel de communauté. L’interprétariat est un domaine de service mais c’est différent du service juridique ou médical. Cela veut dire que nous travaillons avec la communauté mais nous travaillons également pour un service professionnel. Cela change le rôle et la compréhension que les gens ont de ce domaine. Qu’est-ce que cela veut dire ? Quelles sont les capacités présentes en Nouvelle-Écosse et comment peut-on les développer ? Comment professionnaliser le secteur en Nouvelle-Écosse ? Voici des thèmes stratégiques pour le futur. Dans chacun des événements ou des conférences que nous organisons ou auxquels nous participons, c’est l’objectif que nous cherchons à atteindre. Quelle est la perspective d’ensemble de l’interprétariat communautaire ?

Coalition pour l’interprétariat communautaire de la Nouvelle-Écosse

For more information: / Pour plus d’informations: 

www.nscci.ca

Saint Mary's University, 923 Robie Street

Halifax, NS B3H 3C3 

Email: icst@smu.ca
Tel: 902-420-5810

Fax: 123-456-7890

  • White Facebook Icon

© 2018 by ICST Conference

Photos: Communications Nova Scotia, Immigration Francophone, Pier 21, Sobey School of Business