Roundtable 7 / Table ronde 7 

Pratiques narratives et dialogiques dans l'accompagnement en contexte de diversité culturelle

Élise Argouarc’h (U. Laval)
Ingrid Lathoud (UQÀM)
Dany Héon (UQAR)
Clency Rennie (U. Laval)

Contribution : Ingrid Lathoud 

Le Centre de pédiatrie sociale de Saint-Laurent (CPS) est un organisme sans but lucratif qui adopte une démarche de médecine sociale intégrée et systémique, dans un contexte de diversité culturelle : la famille, entourée d’une pédiatre et d’une travailleuse sociale ainsi que de tous les acteurs présents dans la vie de l’enfant sont invités à participer afin de soutenir le développement de ce dernier. L’approche mise en œuvre par le CPS se base sur la valorisation des savoirs des parents, sur le soutien qu’il leur est apporté pour apprendre de leurs expériences et faire émerger les solutions les plus appropriées à leur histoire, leur contexte et leurs besoins. Dans le cadre de cette présentation, je m’intéresserai plus particulièrement aux pratiques dialogiques développées par les intervenants dans l’accompagnement des familles en contexte de diversité culturelle. Celles-ci ont pour objets de créer un espace de reliance entre les parents accueillis au CPS, d’encourager leur pouvoir d’agir et de déployer leurs compétences transformationnelles. J’aborderai aussi les conditions posées par les intervenants - telles que la construction du lien de confiance, de la dynamique de groupe et d’un espace réflexif sécuritaire d’écoute, de non-jugement, de bienveillance ; le respect du rythme singulier de chaque individu, de son autonomie, de son cheminement - qui participent de la construction d’un espace chaleureux et accueillant, contribuant à réduire les facteurs de stress engendrés par l’isolement et l’adaptation à une nouvelle société, et à augmenter le sentiment d’appartenance à une communauté.

 

Contribution : Dany Héon

La psychosociologie est une discipline relativement jeune et résolument transdisciplinaire. Telle qu’enseignée à l’Université du Québec à Rimouski, la formation en psychosociologie vise l’apprentissage de savoirs pratiques, expérientiels et théoriques en vue d’outiller les étudiants à accompagner des personnes, des groupes et des organisations dans leurs processus de changement, en misant sur l’articulation de l’individuel, du social et du culturel. L’UQAR, comme l’ensemble des universités du pays, a vu ces dernières années la composition de son effectif étudiant gagner en diversité, suite à l’augmentation du phénomène de mobilité internationale étudiante.

Malgré les gains indéniables occasionnés par cette riche diversité, ce contexte d'interculturalité accru révèle de nouveaux défis et enjeux pédagogiques dans nos contextes de formation, mais aussi organisationnels et citoyens, en ce qui concerne plus largement la région.

C’est appuyé sur ce constat que nous nous sommes intéressés, en recherche et en formation, au développement des compétences dialogiques, réflexives et culturelles. Par notre contribution, nous espérons donner à voir comment celles-ci, par l’entremise de pratiques narratives plurielles, se présentent comme autant d’avenues probantes facilitant la mise en sens de l’expérience, l’analyse des systèmes culturels, l’échange interculturel et la mise en projets collaboratifs.

 

Contribution : Élise Argouarc’h

Aujourd’hui, le nombre de réfugiés dépasse 24 millions. Pour accompagner le processus de résilience Jacques (2001) note que les réfugiés, coupés de leurs racines culturelles et bien souvent de leur parole, ont besoin de lieux de partage leur permettant de faire du sens, de symboliser leur histoire. A cette réflexion sur l’accueil des réfugiés, il me paraît intéressant d’adjoindre le rapport du corps dans le processus d’adaptation en contexte migratoire. C’est une dimension invisible très agissante dans l’espace relationnel qui favoriserait selon moi la communication interculturelle. La référence corporelle est au cœur de la symbolisation culturelle. Et les arts de la parole ont largement étudié l’influence du geste et la manière de prendre appui dessus dans l’interaction. A la suite de Guilbert, nous croyons en l’impact d’atelier interculturel de l’imaginaire pour favoriser le processus de résilience. L’originalité de ce travail sera d’allier la création de récits migratoires, de contes et de kasàlà (Kabuta, 2010) avec l’observation participative du rapport au corps afin d’accompagner les participants à (re)prendre parole en la performant. Ces actes performatifs aident à reconstruire l’identité positive dont dépend l’intégration sociale. L’agir performatif de l’oralité tissant un fil avec la mémoire de la culture d’origine constituent un véhicule pertinent pour soutenir les efforts linguistiques des migrants et favoriser le dialogue avec les membres des communautés d’accueil.

 

Contribution : Clency Rennie

Les universités canadiennes font aujourd’hui partie des pôles d’attraction majeurs dans le monde pour les étudiants internationaux (Le Bras, 2017), avec une croissance moyenne de 12,3% entre 2008 et 2012 (Bureau canadien des études internationales) de ces derniers. Ils représentent aujourd’hui un atout de choix sur le plan de l’immigration, pour des raisons autant économiques que culturelles, permettant ainsi de favoriser la compétitivité des universités sur le plan international et la productivité des régions dans lesquelles ils décident de s’installer (Belkhodja, 2012).

Bien qu’il s’agisse d’une plus-value indéniable pour les institutions de formation et les régions qui les accueillent, certains pans de cette réalité nous demandent d’y porter attention. En effet, plusieurs recherches mettent en évidence les difficultés rencontrées par les étudiants internationaux dans leur parcours académique et migratoire. Ils sont ainsi confrontés à un choc culturel qui se retrouve dans différentes dimensions de leur vie, posant des défis parfois immenses afin de mener à bien leur projet migratoire.

Dans le cadre d’un projet pilote d’accompagnement à la réussite académique et l’inclusion psychosociale des étudiants internationaux à l’UQAR, il a été proposé de créer un cours afin d’outiller ceux-ci à mieux comprendre la culture dans laquelle ils arrivent, dans ses différentes dimensions, ainsi qu’une meilleure compréhension de la culture dont ils sont porteurs, afin de favoriser les chances de transformer des défis culturels en occasions de dialogue. Pour cette table ronde, nous souhaitons partager les pratiques narratives et dialogiques permettant de soutenir un espace pédagogique favorisant une lecture de soi et de son environnement d’un point de vue culturel. 

Narrative and Dialogical Practices in the Context of Cultural Diversity

Élise Argouarc’h (U. Laval)

Ingrid Lathoud (UQAM)

Dany Héon (UQAR)

Clency Rennie (U. Laval)

Contribution: Ingrid Lathoud

The Centre de pédiatrie sociale de Saint-Laurent (CPS) (community social pediatrics) is a not for profit that adopts a model of integrated and systemic social medicine within a setting of cultural diversity: the family, supported by a pediatrician, social worker as well as all the other major players in the child’s life, are all invited to participate and support the development of the child.

This approach put forth by the CPS is based on respecting the parents’ knowledge, supporting them to learn from their experiences and to put forward the most appropriate solutions relevant to their history, context and needs. In this presentation, I will focus on the dialogical practices developed by those involved in supporting families in cultural diversity settings.

 

The goals of these practices are to create spaces of reliance between parents seen at the CPA, to encourage their capacity for action and to actualize their transformational competencies. I will also highlight the conditions laid down by the stakeholders – such as confidence building, group dynamics and safe spaces for reflection, non-judgment, caring; respecting the unique rhythm of each individual, their autonomy, their journey – that all influence the creation of a warm and welcoming space, that helps reduce the factors of stress caused by isolation and having to adapt to a new society, and to strengthen the sense of belonging to a community.

 

Contribution: Dany Héon

Psychosociology is a relatively new and decidedly transdisciplinary field of study. As taught at l’Université du Québec à Rimouski, training in psychosociology seeks to bring about the following outcomes: the learning of practical, experiential, and theoretical knowledge with the goal of providing the students the skills to accompany individuals, groups and organizations through their processes of change, by focusing on the link between the individual, the social, and the cultural. The Université du Québec à Rimouski, like all other universities in the country, has witnessed an increase in the cultural diversity of its student population due to the increase in the mobility of international students.

 

Despite the obvious gains brought forth by this rich diversity, this sharp increase of interculturalism also presents new challenges and pedagogical issues in the area of training, as well for organizations and individuals living in the region at large.

 

Based on this new reality, we are interested, within the context of research and training, in the development of dialogical, reflexive and cultural competencies. Through our efforts, we hope to see how these competencies, via multifaceted narrative practices, are expressed like other promising avenues in the enabling of the reflection of one’s experiences, the analysis of cultural systems, intercultural exchanges and the development of collaborative projects.

 

Contribution: Élise Argouarc’h

Today, there are more than 24 million refugees. To support the process of resilience, Jacques (2001) notes that refugees, cut off from their cultural roots and often time their language, need spaces for sharing allowing them to make sense of and to symbolise their history.

While reflecting on the reception of refugees, it seems interesting to consider the role of one’s body in the adaption process in migratory settings. It is an invisible dimension that carries a great degree of importance in relational spaces that would promote, it seems, intercultural communication. One’s body as point of reference is at the heart of the symbolization of culture. And the speech arts have widely examined the influence of movement and how to rely on it during interactions.

 

Following Guilbert, we believe in the impact of intercultural workshops on the imaginary to enhance the process of resilience. The originality found in this work will be to unite the creation of migration stories, tales and kasàlàs (forms of poems) (Kabuta, 2010) with participatory observations of one’s body to support participants to gain or regain their voice by performing it. These performance acts help to rebuilt one’s positive identity that is crucial to social integration. The bodily performance of one’s voice connecting to the memories of one’s culture of origin constitutes a pertinent vehicle to support the linguistic efforts of migrants and to promote dialogue with members of the host community.

 

Contribution: Clency Rennie

 

Canadian universities a major pole of attraction for international students across the world (LeBras, 2017), with a growth rate of 12.3% between 2008 and 2012 (Canadian Bureau for International Education). These universities are a major asset in terms of immigration, for economic and cultural reasons, hence allowing the international competitiveness of these schools and the productivity in the regions where these international students choose to reside (Belkhodja, 2012). Though they represent an obvious added-value to their host institutions and regions, certain facets of this reality should be examined more closely.

For instance, several studies reveal difficulties experienced by these international students during their academic and migration trajectories. They must also deal with culture shock that is present in various dimensions of their lives, creating at times major challenges to successfully navigate their migration plan. As part of a pilot project on the support services related to the academic achievement and psychosocial inclusion of international student at the UQAR, proposed was the creation of a course to empower these students to better understand the host culture, in its different dimensions, as well as a better comprehension of their own culture, in order to increase the potential of transforming cultural challenges into opportunities for dialogue. In this roundtable, we hope to share the narrative and dialogical practices that allow the maintenance of a pedagogical space that fosters introspection and an assessment of one’s environment through a cultural lens.

Saint Mary's University, 923 Robie Street

Halifax, NS B3H 3C3 

Email: icst@smu.ca
Tel: 902-420-5810

Fax: 123-456-7890

  • White Facebook Icon

© 2018 by ICST Conference

Photos: Communications Nova Scotia, Immigration Francophone, Pier 21, Sobey School of Business