YMCA of Greater Halifax / Dartmouth

Pour plus d’informations: / For more information:

www.ymcahfx.ca

Kathryn Khan
Manager of Child and Youth Settlement / Gestionnaire du programme d’établissement des enfants et des jeunes
 

Interview of Kathryn Khan

Hi Kathryn! Thank you for taking the time to meet with us. So, you are the Manager of Child and Youth Settlement at YMCA. Briefly can you expand on the history of your organization and on the services that you offer in particular?

 

We started in 1992.  This year marks our 25th anniversary of working in the school system with newcomers from all over the world. In 1992, there was an outreach program at the high schools in Halifax, where YMCA staff met with high school students and helped them with their homework, offered social and recreational activities and developed connections with the school system such as the Principals, Administration, Guidance and school staff to find out more about immigrant students' needs. That was the beginning of what is now the School Settlement Program which employs 20 staff to work in 34 different schools here in Metro. Outside of the city there are 29 school partnerships.  This is through the YREACH Program where YMCA staffs are doing settlement work in different smaller centres across Nova Scotia. For example, there is a staff person in Amherst, Fundy, Kentville, Bridgewater, Pictou, Port Hawkesbury, Sydney, Truro and Yarmouth.  We have started a language component too in our YREACH program, such as teaching English, and it is a new program for us to lead.  We have programs for children and youth in schools and in the communities that we serve.  We offer an Active Living Program around health and wellness and family activities as well as field trips.  For adults, we offer health & fitness programming along with workshops about health-related issues.  We connect clients to other programs and services for social and recreational opportunities to improve quality of life.  We use being active as a tool for integration as it promotes personal growth and development, family and community connections.  Our YMCA Settlement Staff in other places across NS also work with adults on various settlement issues: housing, employment, health care, education, etc.

 

How do you operate? Do you meet with the families and do an assessment of what they need? How does that work?

 

We have three main program streams:  Children & Youth, Active Living and YREACH in smaller centres outside of Halifax.  Clients participate in the different activities that we offer and that is how we get to know them, it is an ongoing relationship over usually a few years during initial arrival.  Last year we worked with approximately 3000 new and returning clients. 

 

Are you a governmental or a non-for-profit organization?

 

The YMCA is a charity internationally, so we have a charitable tax number but our department, Immigrant Services, is government-funded to do immigrant settlement work.

 

Does it have something to do with multicultural education because you were talking about the needs of the new immigrants? Are you working with educational staffs to incorporate a multicultural component in their program?

 

We have a very culturally and linguistically diverse team and these staff persons develop relationships of trust primarily with immigrant students and their families. They are also working in this great environment where they can influence intercultural proficiency in their different public-school sites.  We are big on celebrations and learning about diversity by understanding more customs, values and beliefs and we also do anti-racism work with regards to workshops and creating simulation activities for people to experience some of the challenges that newcomers face and what it might feel like to be a newcomer for example. We lead all sorts of different activities, so there are multicultural clubs, reading clubs, peer tutoring programs, multicultural events and information sessions about religious events like Ramadan for example is right now.  We have a Youth Outreach Program that is an after-school social-recreational program which started in the 1990s. Since there were many new families from Syria last year, the numbers that we are now working with are bigger than they were previously. Now, our YMCA Youth Outreach Program has about 400 clients aged between 13 to 18, who participate in regular activities, social-recreational activities, learning opportunities and different workshops. Moreover, we do gender-focused activities, so there is a girls group and a boys group.

 

So, what about your mandate?

 

We are a settlement department within the YMCA of Greater Halifax-Dartmouth.  We really focus on the needs of newcomers and getting to know them. We have information orientation and community connections. Under Information and Orientation, there is a variety of topics that we cover such as health, housing and employment and in Community Connections, we inform immigrants about the resources that exist in the community and depending on what the client would ask about, we would refer them to different activities, both within the school and community. We make hundreds of referrals for families every year to things like recreational centres, after-school programs, day camps, workshops and food banks if required.

 

Are you the only organization in HRM that provides those kinds of services?

 

Our focus has been on things like health and fitness, children and youth and community outreach. As I said, we have a long history of supporting children and youth as our primary client and their families as our secondary clients.  There are other immigrant serving organizations as well such as ADAM, the Im/migrant Women’s Association.  The libraries and YWCA offer immigrant services as well as the Salvation Army. The Halifax Refugee Clinic works with claimants.  There are many community development and youth serving organizations that we also partner with. Of course, ISANS has many different programs and services including the Refugee Assistance Program, LINC language classes and others.

Is your organization involved with LIP's roundtables?

The YMCA is involved with the Local Immigration Partnership (LIP) committees. One is Education and Language led by the EAL Consultant from the Halifax Regional School Board. She leads all the EAL, English as an Additional Language in schools and the YMCA collaborates very much with the EAL teachers because we have the same clients. From ISANS, is the language person and she is a Manager in the LINC (Language Instruction for Newcomers to Canada) program.  I am also on the Social and Cultural Inclusion LIP committee and that one is led by our YMCA Chief Operating Officer. I think it is important for all of the LIP contributors to be recognized as that is really the purpose of LIP, to bring different sectors together.

 

So, you have a lot of staff working with youth but do you have a lot of volunteers working with you as well?

 

We have an extensive Child and Youth Protection Policy.  Volunteers must go through a training and they need to have a criminal and background check done. There are about 20 people annually who have been through that screening process and who can help. We also support special event volunteers like parents. For example, if we have a multicultural event at a school, parent volunteers might come and bring some food, cultural items and their own knowledge and experience that they are willing to share with the student body. YMCA staff have peer helpers in schools as well. We do encourage community involvement both for our clients to volunteer together or individually in the community and for us to host volunteers that want to contribute to our settlement work.  This is an area that could be expanded.

 

Are there any limitations that you encounter while working with children and youth?

 

Yes, there are several limitations. There are all sorts of challenges that we experience as service providers.

  • Children and youth, themselves, have had difficult experiences, so working with them is challenging. Certainly, when people move here from a war zone, the children could be experiencing all sorts of difficult thoughts and behaviors, so we try to get to know them and support them. 

  • Developing relationships with trust with children and youth and their families takes a lot of effort. It requires a lot of patience, mindfulness, sensitivity, collaboration, communication, to understand what we are bringing to the table, and what they are bringing and to advocate with them.

  • In the school system, students are facing all sorts of barriers such as unfamiliar policies and rules, so there is a lot of orientation required which is on-going.

  • Some members of the public do not understand issues of immigration even after all these years. We must do the settlement work, getting to know the families and supporting them but we also explain what we are doing to everybody else so we can move forward together, which is another type of work in community building.  This includes us learning more about diversity and culture in NS and sharing this information with clients.

 

Would you say that there is a lack of visibility of the services that you offer, in the sense that people don't really understand exactly what kind of services you provide?

 

Our clients understand our services and access them. So, the approximately 3000 people that we work with every year, they participate in our programs and access our services. However, a challenge that I am noticing lately, personally and professionally, is a lack of progress in anti-racism. The same kinds of issues come up, somebody pulls a girl's hijab for example. We did workshops about that ten years ago, so how can a student still pull off a young woman's hijab?

 

We do experience limitations and challenges but overall our interactions are mostly positive. We are optimistic that young people can be tolerant and culturally aware if we talk to them about developing their empathy. Still, it is very complex because different people have different beliefs, values and ideas that it is hard to get a sense of moving forward altogether.  We live in a world where there is violence, poverty and other pressing social issues that need leadership and innovation to solve.

 

Is there a sort of assessment or evaluation of that progress?

 

We have very extensive reporting requirements so that we report our interactions and the numbers of people that we work with, how much time we spend with them and what are our outcomes. We also do client surveys annually and speak with YMCA participants about what they find helpful with our programs and service and what suggestions they have for additional activities.

Do you partner up with universities to get some feedbacks through research about immigrants and settlement issues?

 

Different members of our team go to Metropolis and other conferences each year. At first, academics had to have practitioners on their panels but it does not seem to be the case anymore. It is mainly academics talking about different topics and not practitioners. I presented at a Metropolis Conference one time with a professor and she was talking about cosmopolitanism, so I presented a little bit about our work here, what we do, how we interact, celebrating and getting to know each other and developing relationships of trust, amongst other things.

 

Do you have a sense that more collaboration with researchers could lead to more change in practices? Do you feel the need to collaborate with researchers?

 

I think that research holds a lot of weight in this culture and that if you have data and research, then people will listen more.  I know that the SSRHC has an influx of money now and it could be helpful to meet with practitioners to discuss what research topics would be most relevant. The YMCA leda webinar recently for a refugee mental health course in Canada and I certainly benefited from this research document: The Mental Health Need of Syrian Refugee Children.

 

The Local Immigration Partnership (LIP) has a national network. Does YMCA have the same type of network across Canada?

 

Well, there are YMCAs across Canada and we certainly know all the CEOs in Nova Scotia because our Y-staff are connected to those Ys.

 

Do you offer psychological services?

 

No, we don't. In the school system, we would make referrals to the school psychologist and other professionals.  We also connect with the IWK and mobile crisis when appropriate.

 

Kathryn, would you see a need in having a conference on specific issues related to immigration?

 

I would think that it would be just fantastic if the conference could be action-oriented.  I have been to several conferences with issues related to immigration which provide current ideas and time to learn and reflect.  Our practice is greatly influenced by our interactions with clients and with each other.  I know research is important and we have people calling us all the time wanting to access immigrant youth and research on them but to what end? How does that help us?

 

Is there a knowledge transfer afterwards?

 

We hear about research at different conferences but I would say that in general, there is a disconnect between researchers and practitioners.

 

Is there anything else that you would like to add Kathryn?

 

Thank-you, our staff team looks forward to sharing our knowledge and experience and learning from the other delegates at this conference.

Entrevue avec Kathryn Khan

Bonjour Kathryn! Merci à vous d’avoir accepté de nous rencontrer. Vous êtes la gestionnaire du programme d’établissement des enfants et des jeunes à YMCA. Pourriez-vous nous donner brièvement quelques informations concernant l’histoire de votre organisme et les services que vous offrez ?

 

Nous avons commencé en 1992 et cette année marque donc le 25e anniversaire de notre engagement professionnel auprès des nouveaux arrivants du monde entier dans le système scolaire. En 1992, il y avait un programme du YMCA dans les écoles secondaires à Halifax. Le personnel rencontrait les élèves des écoles secondaires pour leur offrir de l’aide aux devoirs et des activités sociales et récréatives et développait des relations avec des acteurs du système scolaire – chefs d’établissements, membres de l’administration et des services d’orientation - pour mieux comprendre les besoins des élèves immigrants. Ce programme a été le début de ce qui est maintenant le Programme d’établissement dans les écoles. Ce programme compte 20 employés qui travaillent dans 34 écoles dans la région métropolitaine d’Halifax. En dehors de la ville, nous comptons également des partenariats avec 20 écoles. À travers le programme YREACH, les employés de YMCA font du travail d’établissement dans plusieurs petits centres de la Nouvelle-Écosse. Nous avons par exemple du personnel à Amherst, Fundy, Kentville, Bridgewater, Pictou, Port Hawksbury, Sydney, Truro et Yarmouth. Nous avons également intégré un service de langue dans notre programme YREACH tels que des cours d’anglais. C’est une des nouvelles composantes que nous voulons développer. Nous avons des programmes pour les enfants et pour les jeunes dans les écoles et dans la communauté. Nous offrons un Programme de vie active autour de la santé et du bien-être ainsi que des activités familiales et des sorties. Pour les adultes, nous offrons des programmes de santé et de conditionnement physique avec des ateliers sur des questions liées à la santé. Nous établissons des contacts entre nos clients et d’autres services et programmes sociaux et de loisirs pour améliorer leur qualité de vie. Nous utilisons l’activité sociale et de loisir comme outil pour l’intégration car cela encourage le développement personnel et l’établissement de connexions avec la famille et la communauté. Les employés du programme d’établissement du YMCA ailleurs en Nouvelle-Écosse travaillent également avec des adultes sur d’autres défis liés à l’établissement tels que le logement, l’emploi, la santé, l’éducation, etc.

 

Comment est-ce que vous fonctionnez ? Organisez-vous des rencontres avec les familles durant lesquelles vous faites une évaluation des leurs besoins ?

 

Nous avons trois grandes composantes à notre programme : les enfants et la jeunesse ; la vie active ; YREACH dans les plus petits centres en dehors d’Halifax. Les clients participent aux différentes activités que nous offrons et c’est comme cela que nous les rencontrons. C’est une relation qui se construit sur plusieurs années. L’an dernier, nous avons travaillé avec près de 3000 clients, nouveaux et anciens.

 

Êtes-vous un organisme gouvernemental ou un organisme à but non lucratif ?

 

YMCA est un organisme de charité international. Nous avons donc un numéro d’enregistrement d’organisme de charité mais notre Département des services aux immigrants est financé par le gouvernement pour œuvrer à l’établissement des immigrants.

 

Au regard du programme d’établissement des enfants et de jeunes et des contacts que vous avez établis avec les acteurs du système scolaire, dans quelle mesure votre action est-elle liée à l’éducation multiculturelle ? Est-ce que vous travaillez avec le personnel enseignant pour incorporer une composante interculturelle dans leurs programmes ?

 

Nous avons une équipe culturellement et linguistiquement très diversifiée et les membres de notre équipe développent des relations de confiance d’abord avec les étudiants immigrants et leur famille. Ils travaillent également dans cet environnement privilégié où ils peuvent influer sur la compétence interculturelle au niveau des différents sites scolaires publics. Nous travaillons beaucoup sur les célébrations culturelles et sur l’apprentissage de la diversité culturelle par une meilleure compréhension des coutumes, des valeurs et des croyances. Nous luttons aussi contre le racisme et organisant des ateliers et des activités de simulation pour que les gens puissent faire l’expérience des défis auxquels les nouveaux arrivants font face et sur les émotions qu’ils peuvent ressentir par exemple. Nous organisons toutes sortes d’activités tels que les clubs multiculturels, les clubs de lecture, les programmes de tutorat par des pairs, des événements multiculturels et des sessions d’information sur des événements religieux tels que le ramadan. Nous avons un programme de sensibilisation de la jeunesse qui a débuté dans les années 90 et qui est un programme social récréatif après l’école. Puisque nous avons eu beaucoup de familles arrivées de Syrie l’an dernier, nous travaillons maintenant avec une population plus grande qu’auparavant. Aujourd’hui, notre programme de sensibilisation à la jeunesse YMCA compte près de 400 clients âgés entre 13 et 18 ans, qui participent régulièrement à des activités sociales et récréatives, des activités d’apprentissage et autres ateliers. De plus, nous proposons des activités spécifiques pour l’un ou l’autre sexe, donc nous avons des groupes pour les filles et des groupes pour les garçons.

 

Donc, quel est précisément votre mandat ?

 

Nous sommes un département d’établissement dans l’organisme YMCA de la région Halifax-Dartmouth. Nous nous focalisons sur les besoins des nouveaux arrivants et nous cherchons à mieux les connaitre. Nous travaillons sur l’information, l’orientation et les connexions avec la communauté. Sous le label Information et Orientation, il y a une variété de thèmes que nous couvrons tels que la santé, le logement et le travail et sous le label Connexion avec la communauté, nous informons les immigrants des ressources existantes dans la communauté et selon ce que le client demande, nous les aiguillons sur différentes activités au sein de l’école et de la communauté. Nous donnons des centaines de conseils à des familles chaque année pour trouver des centres de loisirs, des programmes après l’école, des camps de jour, des ateliers et des banques alimentaires au besoin.

 

Êtes-vous le seul organisme dans la région métropolitaine d’Halifax à proposer ces types de services ?

 

Nous nous sommes focalisés à travers les années sur la santé et le conditionnement physique, les enfants et la jeunesse et la sensibilisation à la communauté. Comme je l’ai déjà dit, nous offrons des services de soutien aux enfants et aux jeunes, nos principaux clients, et à leur famille depuis longtemps. Il existe d’autres organismes qui offrent des services aux immigrants tels que ADAM (Association de la diaspora Africaine des Maritimes) et l’Association des femmes (im)migrantes. Les bibliothèques et YWCA offrent des services aux immigrants comme Salvation Army. La clinique des Réfugiés d’Halifax travaille avec les demandeurs d’asile. Il y a beaucoup d’organismes de développement communautaire qui offrent des services à la jeunesse avec lesquels nous avons des partenariats. Bien sûr ISANS offre beaucoup de programmes et de services incluant le programme d’assistance aux réfugiés, des classes de langue LINC (Language Instruction for Newcomers to Canada) et d’autres.

 

Est-ce que votre organisme participe aux comités du Partenariat local en matière d’immigration d’Halifax (LIP) ?

 

YMCA est impliqué dans les comités du LIP. Le premier est le comité sur l’éducation et la langue dirigé par la consultante EAL du Conseil scolaire de la région d’Halifax. Elle dirige tous les programmes EAL (English as Additional Language) dans les écoles et YMCA collabore étroitement avec les enseignants EAL parce que nous avons les mêmes clients. La responsable des langues à ISANS qui est également la gestionnaire du programme LINC fait aussi partie du comité. Je siège aussi sur le comité sur l’inclusion sociale et culturelle du LIP qui est dirigé par le/la directeur/rice d’exploitation de YMCA. Je pense qu’il est important que tous les participants au LIP soient reconnus car c’est précisément le mandat du LIP d’amener les différents secteurs ensemble.

 

Vous avez beaucoup d’employés qui travaillent avec la jeunesse mais avez-vous également des bénévoles qui travaillent avec vous ?

 

Nous avons une politique extensive de protection des enfants et des jeunes. Les bénévoles doivent suivre une formation et doivent également passer un contrôle de sécurité et une vérification des antécédents judiciaires. Il y a environ 20 personnes chaque année qui passent la procédure de contrôle et qui sont habilitées. Nous soutenons le bénévolat des parents à des événements communautaires spéciaux. Par exemple, si nous organisons un événement culturel dans une école, les parents peuvent éventuellement venir et amener de la nourriture, des objets culturels et partager leurs propres expériences et savoirs avec les élèves. Les employés de YMCA ont aussi des personnes pour les aider dans les écoles. Nous encourageons l’engagement communautaire chez nos clients pour faire du bénévolat individuellement ou en groupe dans la communauté et chez nous des bénévoles qui veulent participer à notre travail d’établissement. C’est un domaine qui pourrait être développé.

 

Rencontrez-vous des limitations dans votre pratique auprès des enfants et des jeunes ?

 

Oui, nous faisons face à plusieurs limitations. Nous rencontrons toutes sortes de défis dans notre rôle de prestataire de services.

  • Les enfants et les jeunes sont eux-mêmes passés par des expériences difficiles et travailler avec eux est un défi. Il est certain que, dans les cas où les gens viennent d’un contexte de guerre, les enfants peuvent être aux prises avec toutes sortes de pensées et de comportements difficiles. Nous essayons de les comprendre et de leur fournir de l’aide.

  • Développer des relations de confiance avec les enfants et les jeunes et leurs familles demande beaucoup d’efforts. Cela demande beaucoup de patience, d’attention, de sensibilité, de collaboration, de communication pour comprendre ce que nous pouvons leur offrir, ce avec quoi ils viennent et travailler en concertation.

  • Dans le système scolaire, les étudiants font face à toutes sortes de barrières telles que des politiques et des règlements qui ne leur sont pas familiers. Il y a donc un travail important d’orientation continue à faire.

  • Certains membres de la communauté ne comprennent pas les problèmes liés à l’immigration même après toutes ces années. Nous devons faire un travail d’établissement, apprendre à connaître les familles et leur offrir de l’aide mais nous devons également expliquer aux autres ce que nous faisons de façon à ce que nous puissions avancer ensemble, ce qui est un autre type de travail dans le développement communautaire. Cela inclue également que nous devons apprendre de la diversité et de la culture de la Nouvelle-Écosse et que nous devons partager ces informations avec nos clients.

 

Pensez-vous que, dans la mesure où le public ne comprend pas exactement les types de service que vous offrez, vous souffriez d’un manque de visibilité ?

 

Nos clients comprennent. Les quelques 3000 personnes avec qui nous travaillons chaque année participent à nos programmes et utilisent nos services. Cependant, un défi dont je me suis aperçu récemment, personnellement et professionnellement, c’est l’absence de progrès dans la lutte contre le racisme. Ce sont toujours les mêmes problèmes qui remontent à la surface, quelqu’un qui arrache le hijab d’une fille par exemple. Nous avons fait des ateliers sur cette question il y a dix ans. Comment se fait-il qu’un élève enlève encore le hijab d’une jeune femme ?

 

Nous faisons face à des défis et des limitations mais dans l’ensemble les interactions sont majoritairement positives. Nous sommes confiants que les jeunes peuvent être tolérants et sensibles à la différence culturelle si nous les engageons à développer leur empathie. Malgré tout, cela reste très complexe parce que les gens ont des croyances, des valeurs et des idées différentes et qu’il est difficile d’avancer ensemble. Nous vivons dans un monde où il y a de la violence, de la pauvreté et d’autres enjeux sociaux pressants qui ne trouveront de solution qu’avec du leadership et de l’innovation.

 

Existe-t-il une forme d’évaluation des progrès accomplis ?

 

Nous devons fournir des rapports extensifs sur nos interactions, sur le nombre de personnes avec qui nous travaillons, sur le temps que nous passons avec eux et sur nos résultats. Nous faisons également passer des sondages auprès de nos clients et nous parlons avec les participants à nos programmes et à nos services pour savoir ce qu’ils ont trouvé utile et écouter leurs suggestions d’activités complémentaires.

 

Est-ce que vous établissez des partenariats avec les universités pour obtenir un retour sur des questions liées à l’immigration et à l’établissement à travers la recherche ?

 

Plusieurs membres de notre équipe vont à Metropolis et à d’autres colloques tous les ans. Au début, les chercheurs devaient avoir des professionnels dans leurs panels mais cela ne semble plus être le cas. Il s’agit le plus souvent de chercheurs qui parlent de différents sujets mais pas les professionnels. J’ai fait une présentation à Metropolis une fois avec un professeur et elle parlait de cosmopolitisme. Donc, j’ai parlé un peu de notre travail, de ce que nous faisons, de la façon dont nous interagissons, dont nous célébrons et apprenons à nous connaitre et à développer des relations de confiance parmi d’autres choses.

 

Pensez-vous qu’une plus grande collaboration avec les chercheurs pourrait donner lieu à des changements dans vos pratiques ? Ressentez-vous le besoin de collaborer avec les chercheurs ?

 

Je crois que la recherche prend une grande place dans notre culture et que si vous présentez des statistiques et des études, les gens vous écouteront plus. Je sais que le CRSH a de l’argent maintenant et il serait bon de pouvoir rencontrer des professionnels pour discuter des sujets de recherche qui seraient les plus pertinents. J’ai participé à un webinaire récemment dans le cadre d’un cours sur la santé mentale des réfugiés au Canada et j’ai vraiment beaucoup appris d’un document de recherche intitulé The Mental Health Need of Syrian Refugee Children.

 

Le Partenariat local en matière d’immigration (LIP) a un réseau national. Est-ce que le YMCA a le même type de réseau à travers le Canada ?

 

Il y a plusieurs YMCA à travers le Canada et nous connaissons tous les directeurs généraux en Nouvelle-Écosse parce que les employés de notre YMCA sont connectés aux autres YMCA.

 

Est-ce que vous offrez des services psychologiques ?

 

Non. Dans le système scolaire, nous pouvons référer des élèves aux psychologues scolaires et à d’autres professionnels. Nous contactons aussi l’hôpital IWK et les unités mobiles quand cela est nécessaire.

 

Kathryn, pensez-vous que le colloque pourrait remplir un besoin sur des questions spécifiques liées à l’immigration ?

 

Je pense que ce serait fantastique si le colloque pouvait être orienté sur l’action. Je suis allée à plusieurs colloques portant sur des questions liées à l’immigration qui nous apporte de nouvelles idées et du temps pour apprendre et pour réfléchir. Notre pratique est profondément influencée par nos interactions avec nos clients et entre nous. Je sais que la recherche est importante et nous avons des gens qui nous appellent tout le temps pour entrer en contacts avec les jeunes immigrants et faire des recherches sur eux mais à quelle fin ? Dans quelle mesure est-ce que cela nous aide ?

 

Y a-t-il un transfert de connaissance qui s’opère après ?

 

Nous écoutons beaucoup parler de la recherche à différentes conférences mais je dois qu’en général il y a un manque de concordance entre les chercheurs et les practiciens.

 

Merci Kathryn. Est-ce qu’il y a quelque chose que vous voudriez ajouter ?

 

Merci. Notre équipe sera heureuse de partager ses connaissances et son expérience et d’apprendre des autres délégués à la conférence.

Saint Mary's University, 923 Robie Street

Halifax, NS B3H 3C3 

Email: icst@smu.ca
Tel: 902-420-5810

Fax: 123-456-7890

  • White Facebook Icon

© 2018 by ICST Conference

Photos: Communications Nova Scotia, Immigration Francophone, Pier 21, Sobey School of Business